#voyages #10 | 3 cartes postales & 1 fiction, avec Street View

un cycle basé sur l’imaginaire et le réel dans le récit de voyage


 

le double voyage, #10 | 3 cartes postales & 1 fiction, avec Street View


Aujourd’hui, presque exercice pratique.

Et consigne pour une fois très stricte, mais c’est pour mieux se faire dialoguer et répondre les textes des contributions.

Voyage réellement effectué, voyage rêvé, voyage tout près ou très loin, aujourd’hui ça ne comptera pas.

L’important, quand bien même décidé au hasard sur une carte du monde, c’est de choisir un point précis qui va être votre territoire d’écriture.

Alors, « imaginer » un voyage en ce micro-territoire ? Ça ne marcherait pas. Le voyage va naître non pas de ce réel désigné, mais de votre écriture même. Pour cela, on va en isoler et séparer ces trois « cartes postales » (ça existe encore, les cartes postales ?) : j’entends image fixe, avec ses déterminations de cadre et composition, sa qualité d’abstraction et non pas sur le mode tourisme ou folklore mais ça va de soi.

À preuve ce à quoi je me livre en direct, oui oui : en territoire rabelaisien, juste le bout de mon département d’Indre-et-Loire, trois images (bar de l’Espérance, coopérative agricole, ancienne gare) dans le village qui s’appelle Rivière (il est posé tout contre la rivière).

Pour chacune de ces images, quatre lignes. Mais quatre lignes qui parlent de l’image, et non pas de Rivière.

J’ai démultiplié l’exemple, pour ce qui serait ma propre carte du monde : en souvenir d’un stage à l’IUFM Fort-de-France il y a vingt ans, une plage avec rochers près du Diamant, sud de l’île ; en souvenir d’une expédition Japon en novembre 2015, la ville de Sapppro, tout au nord ; pour Chuchotements dans la nuit de H.P. Lovecraft, la gare de Brattleboro, Vermont, à gauche après le pont, avant le grand carrefour. Et vous, votre carte élective ?

Je reprécise par précaution : vos trois cartes postales, et la fiction à suivre, en un seul point du monde.

Et le quatrième paragraphe ? Longueur identique aux trois précédents. Si c’est 32 fois 4 lignes, il fera 4 lignes. Si vous avez écrit 3 fois 6 lignes, il fera 6 lignes.

Donc quatrième paragraphe, sur la lancée des trois descriptions d’images (et non du réel dont elles ont été découpées, séparées, décollées), un texte avec personnage à la 3ème personne (si elle ou il dit je, ce sera son je de personnage, et non pas l’expression de l’autrice ou auteur qui nous le rapporte).

Un voyageur ? Quelqu’un qui vit là ? Une scène avec situation ? Un exil, un souhait de partir ? Comme pour les trois images, l’important c’est le cadre.

On a inventé, aujourd’hui, pour cet exercice, la fiction dans un cadre.

Documents à télécharger : c’est la démarche qu’a adoptée Olivier Hodasava, l’inventeur du génial Dreamlands Virtual Tour, avec son désormais introuvable Éclats d’Amérique (Inculte, 2013) — je vous en mets un extrait. Mais, pour les trois images, possible aussi de revisiter celles (de vraies cartes postales, de l’époque où on postait à leur destinataire ses propres photographies) dans Histoire (Minuit, 1967).

Et quoi, ce n’est pas pour vous, mais ça vous servirait bien pour mener un atelier d’écriture dans votre classe ? Eh bien, c’est le but aussi, non ? Mais essayez donc pour vous quand même !

Une contrainte plus « technique », voire travaux pratiques, que les précédentes ? C’est aussi cela, cet artisanat, la littérature (écoutez-le...). Mais aussi pour amorcer ce qui bientôt va nous emmener dans un prochain cycle, teasing.

À vous d’écrire.


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 26 mars 2023
merci aux 160 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page