dévastée l’enfance







François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 22 mai 2004
merci aux 762 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Cerclée, approchée tout juste, mais close, paupières fermées des volets renfermant le passé, n’offrant que sa façade blanche, elle se tient là, debout dans l’énigme.
    Seul l’arbre respire encore, majestueux, réconciliant, lorsqu’il n’en reste pas que des tronçons.

    Voyant vos photos, chacun peut penser à la maison de son enfance. En faire le tour, varier les angles d’approches, se tenir derrière la grille ou dans son dos... sentir une présence mais aussi une distance, un lointain - incertain.

    Perception de l’écart, ravage au fond de l’âme.

    Désastre de l’âtre sans les êtres.