2019.09.15 | art nous ploucs, la province


précédent _ suivant

C’était fin juillet, juste le jour où je partais pour Natashquan, un camion garé en travers du rond-point, et eux à débarquer cette horreur. Remarquez que l’artiste choisi par la municipalité de son maire n’a pas prévu un truc qui tienne debout tout seul (alors que les vrais chevaux dorment sur leurs quatre pattes sans tomber) mais lesté de quatre blocs béton haubannés (deux pattes plus la queue ça eût dû tenir debout, mais le vent n’était pas prévu dans le calcul). J’imagine la tronche de mes ex-collègues volume à Cergy si un étudiant proposait tel arrimage. Ou imaginer le contraire, à la Christo un peu : qu’on aille pareillement haubanner tous les Louis XIV chevalement plantés dans nos villes de France ? À une autre des portes d’accès à Saint-Cyr sur Loire, il a un cousin : planté sur ses deux pattes arrière aussi, mais sans les ailes, l’artiste avait scrupuleusement respecté la générosité des attributs mâle. C’était trop pour la population, il a été rapidement émasculé — faudra que je vous montre ça, donc celui-elle-ci, dégenré. L’art bourrin municipal n’a pas de détermination de genre, mais est-ce revendication conceptuelle c’est pas dit. Remarquez le petit panneau vidéo-surveillance, et la caméra toute neuve et indestructible sur le pylône en face : vous croyez qu’ils avaient budgété ces frais-là, à Fondettes ? Moi ce qui m’énerve c’est moins l’insulte à l’art — l’art bourrin c’est de toutes les municipalités et pas seulement les ronds-points de Saint-Cyr sur Loire et Fondettes –-, c’est que ce rond-point j’y passe dans les deux sens au moins 5 fois par semaine, quand je suis dans le coin. Accès à la rocade, transition vers le supermarché. Donc leur bourrin bourrinant dix fois par semaine à le rétiniennement subir, je dis ça vaut les pesticides. Encore vous ne l’avez pas vu la nuit, éclairé par les dessous. Remarquez aussi que je n’ai pas cherché à faire de la photo à message, les miennes sont nettement plus belles que celles du service municipal illustrant la nouvelle réalisation : mais voilà, l’art bourrin (amarré béton) ça reste de l’art bourrin même sur une belle photo, faut que je reformate ma carte SD, tiens. Ceci dit, y a bien longtemps que je ne m’étais pas arrêté un rond-point de l’agglo de Tours... Et félicitons l’artiste, elle a même réussi à en exporter un en Suisse. Que j’aime mes copains suisses : mais qu’ils ne se gênent pas, s’ils veulent absorber tout le reste, je veux bien qu’on démonte celui-ci et qu’on leur refile en prime, ou d’occase...

 

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 15 septembre 2019
merci aux 267 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • (je ne déteste pas savoir que les flux et courants mails ou autres se dégradent pendant le week-end) c’est une avancée des maires, municipalités qui rivalisent dirait-on : plus il y en aura, plus la ville sera grande (grosse enfin tu m’as compris, nous contribuables contribuons, quelle importance ?) (ici plus ça va plus on les interdit aux autos - ici on interdit tout aux autos d’ailleurs - sur l’un d’eux, cette statue surexposée c’est normal du roi dont on parle plus haut qui fait face à la wtf banque de france) (ça s’appelle la place des victoires, le type porte des lauriers en hommage à césar probablement)

  • ah ah, mais le tien n’est pas transparent !

  • jamais vis à vis d’une banque, malheureux !!! :°))