2019.09.23 | ma vie en petit

sommaire & derniers billets, ou
une autre page du journal au hasard  :
2010.09.18 | Genève, cartes postales

précédent _ suivant

On rêve d’être protégé. La vie dans la nuit ici me suffirait : il y aurait du temps pour les traductions, pour l’invention d’histoire. Mais il faudrait colmater les arrivées d’ondes. Les papiers à ordre. Enlever la lumière s’il faut, pourvu que le temps puisse se distendre, et l’épaisseur qui sépare des bouts de jour, je les aperçois encore. Quelquefois l’illusion que ce serait possible, mais trop brève. Même plus forcément les livres, sinon quelques rares. Juste faire, l’artisanat de nos récits du dedans. La lucarne est déjà bien trop large, on n’aurait juste qu’à passer la main dans l’écran pour parfois aussi se nourrir, comme on y part en voyage. Aujourd’hui encore ce sera journée sans sortir, et rares paroles, je m’y habitue — et pas.

 

JPEG

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 23 septembre 2019
merci aux 234 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • ...parfois le quotidien se ramasse entièrement dans les formes qui découpent le bureau et quadrillent l’espace dans la tête ; grandes piles, petites piles, papiers en pelote - et l’écran toujours. Avec les jeux de lumière, la géométrie est déjà le début d’un récit.

  • "L’artisanat de nos récits du dedans" C’est exactement ça.

  • (non, mais cette solitude et cette minceur de vie, toute petite, là, ça n’existerait pas sans le reste, c’est ça l’affaire) (parfois le spip efface le "qui êtes-vous" etc. ce con - si j’oublie (aussi) de signer, c’est que j’oublie d’être qui je suis - Ramon Mercader ou qui d’autre encore (j’aime beaucoup aussi Diego Rivera), j’aimais tant cette écriture ou la vie de Semprun tu sais) (j’aime toujours d’ailleurs - je l’ai offert pas mal) (il y a cette idée de petit - toute petite vie , une toute petite vie, qui disait ça, déjà ? je ne sais plus - un artiste de variétés, sûrement) (le téléphone ça existe aussi - je m’astreins à appeler) tu te souviens, c’était "votre vie en deux lignes" (toute petite déjà ?) (allez on fonce !!!)

  • le visage de Nathalie Sarraute, quelle merveille, aussi, hein...