enjeux | le creative writing US par celles qui l’inventent

au festival Ecrivains en bord de mer, rencontre avec 2 écrivains enseignantes de creative writing (Laura Kasischke, Thalia Field et Cole Swensen), vidéo intégrale


Quel moment... Tombent tant de préjugés ou d’idées toutes faites... L’écriture, parce qu’on la pratique, parce qu’on l’invente, parce qu’on la met en respiration avec ce qu’on étudie ou apprend, ou tout simplement comme des portes vers l’intérieur, ou la lecture...

C’était à la Baule, samedi 20 juillet, et Bernard Martin pilotait cette rencontre avec trois auteures US chacune radicalement différente dans son parcours et ses pratiques.

Je suis intervenu moi aussi, d’abord pour lire ce texte de Laura Kasischke, Faire parler le mort, où elle décrit en détail une de ses propositions d’écriture.

Mais, si vous écoutez la vidéo intégrale du débat, comptez le nombre de questions que je pose et qui tombent complètement à faux, à commencer par celle-ci : aucune d’elles trois n’a connu l’univers des lettres sans le creative writing, elles l’ont pratiqué dès leurs études secondaires.

Il se passe des choses en France en ce moment. À Paris VIII, lancement après le Havre, mais sur d’autres bases, d’un master de création littéraire, sous la direction de Lionel Ruffel, Olivia Rosenthal et Vincent Message, et l’appui d’intervenants comme Maylis de Kerangall. À l’école nationale supérieure d’arts de Paris/Cergy, lancement d’un studio d’écriture et d’une publication numérique d’expérimentation, ce sera ma tâche principale dans les 5 ans à venir.

Mais on a encore trop l’impression que c’est un coup d’éclat, ou une transgression, quand il serait temps de renverser la question : pourquoi l’université s’en tient à ses apprentissages passifs, aussi dépassée en ce domaine qu’elle l’est pour la question du numérique (je parle des facs de lettres). Idem pour la catastrophe qu’est devenue la formation des enseignants du secondaire après 5 ans de sarkozysme, loin d’être réparés, alors que là aussi il y aurait tant à faire pour travailler ensemble, mutualiser les expériences, faire circuler les ressources, outils et analyses.

C’est la santé et le bonheur, la recherche et l’invention que nous disent ces trois Américaines... et tant pis pour nos questions naïves.

L’ensemble des vidéos de Ecrivains en bord de mer est en ligne ici, avec Claro, Roubaud, Harry Mathews, Christine Montalbetti, Tanguy Viel, Alban Lefranc, Christian Garcin, Stéphane Bouquet et plein d’autres... On recommande en particulier les 2 conférences de Stéphane Bouquet (poésie) et Tanguy Viel (roman) sur la littérature américaine, et le film sur la création du I remember de Joe Brainard.

FB

- Image ci-dessus : à la Baule, l’ombre favorable de Hulot guettant pas trop loin.
- Captation vidéo : Joachim Bon & Evy Roselet. Montage : Alice Martin.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne 22 août 2013 et dernière modification le 7 mars 2015
merci aux 1769 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page