pousser la langue | aquariums et zooms 3D

cycle « pousser la langue », les propositions


- lire l’ensemble des contributions à cet interstice 1 plus résumé de la consigne

- rappel : dans les fiches de l’espace abonné, l’extrait d’Emmanuelle Pireyre

L’atelier a commencé très vite, et de ce côté des manettes, un peu de mal à suivre ! tout pour le meilleur, évidemment, mais je dois prendre le rythme pour les retours et le dialogue, et la gestion du site prend beaucoup…

Alors pourquoi pas en profiter pour de l’imprévu, mais qui reviendra plusieurs fois au cours de l’atelier principal : entre la proposition 2 et la proposition 3, un exercice plus technique, de quoi occuper les rapides, et laisser aux nouveaux arrivés le temps de travailler sur les deux premières propositions.

La troisième, la vraie troisième, viendra la semaine prochaine, mais on recommencera ces transversales.

Alors, sous-proposition, ou exercice seulement technique ? Que non pas. Une proposition qui renvoie plus à la série des 45 sur la ville de l’été dernier : alors que toute la logique moderne du roman est née par et dans la philosophie du sujet, en même temps que la perspective, notre mental est désormais doté des mécanismes de représentation en trois dimensions, ceux utilisés en permanence par les logiciels d’architecture, les schémas de représentation urbaine (les habitats complexes, bureaux, centres commerciaux ou d’industrie, ensembles urbains sur leurs noeuds de communication, se développant comme les arbres aussi bien vers le bas que vers le haut.

Alors comment apprendre la phrase à ne pas se développer selon les principes de la perspective, mais selon ces schémas dont nous disposons pour la représentation 3D, qu’on soit habitué ou non aux casques de représentation visuelle.

C’est cette recherche que je voulais vous proposer (ci-dessus, Osaka par Caroline Diaz, 2015).

Donc cinq brefs paragraphes, quatre ou cinq lignes maximum, chacun se saisissant d’une de ces configurations urbaines qui ne peut être pensée que selon ces modes de représentation 3D.

Et ce mot aquarium, apparié à l’expression « Zoom 3D », nous vient d’un livre qui pour moi a rejoint la très petite et révérée collection d’expérimentations littéraires urbaines, « Comment faire disparaître la terre » d’Emmanuelle Pireyre – et elle a certainement pensé à l’aquarium de Proust décrivant le grand hôtel de Balbec… Bien sûr, avant de vous y mettre, télécharger l’extrait PIREYRE dans le dossier abonné habituel, on y a inclut ces « aquariums ».

Alors à vous pour les contributions, tout est en train de prendre son rythme. Je ne ferai pas de retour sur cette proposition, ayant trop de retard sur les deux premières, mais tout ça va dans le même sens.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 19 juin 2019
merci aux 41 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page