pousser la langue #5 | trouer le texte, les blancs de Jacque Roubaud

cycle pousser la langue


En 1977, quand Jacques Roubaud publie Autobiographie chapitre dix, il y voit une double inflexion : un mi-temps de la vie, mais aussi une réorganisation de l’oeuvre, sa projection en avant. C’est ce qui fait la densité des 302 textes numérotés que comporte ce livre. Comme jouer en permanence de la frontière qui sépare prose et poésie, les inversant, les étirant. Et cela suffirait à en garder le questionnement tout vivant. Mais aussi en reprenant les projets, les plans : on nous y parle déjà du Grand Incendie de Londres. Dans cette frontière impalpable mais certaine de la prose et de la poésie, Roubaud propose une vingtaine de textes singuliers parce qu’appartenant à la prose par ce qu’ils incluent de la ville, de la vie, scènes ou personnages, et que ce sont des blocs compacts de langue, mais parce que la phrase y est trouée de blancs qui contraignent à une perception graphique des rythmes, et surtout mettent tous les syntagmes à égalité, dans un permanent glissement. Parmi ces 20 proses, celle-ci (voir les extraits) me touche particulièrement : ailleurs, dans un texte autobiographique (Poésie : ? je ne suis plus sûr), Roubaud parle de ces visites annuelles à un vieux couple (oncle ou tante ?), dans leur humble –- voire pauvre, très pauvre -– appartement de la Poterne des Peupliers, zone qui sera rasée pour faire passer le périphérique. Alors ma proposition est celle-ci : se saisir de cette forme d’une prose continue, mais où la ponctuation consiste en espaces blancs, mettant à plat l’ensemble des syntagmes, quel que soit le grossissement, quel que soit l’écart (personnage, souvenir, objet…) pour capter, autobiographiquement ou pas, une sorte de bulle de réel, éloigné ou proche, mais que cette forme d’écriture va rendre de la façon la plus exhaustive possible.


- appui : dans les fiches de l’espace abonné, l’extrait « Poterne des Peupliers », dans Autobiographie chapitre X de Jacques Roubaud (1977).

- la vidéo se suffit à elle-même, mais chaque proposition dispose d’une fiche d’appui avec extraits imprimables, voir notre pass une fois pour toutes.

- à vous de parcourir librement ce cycle, mais la possibilité de bifurquer vers d’autres cycles thématiques plus spécifiques (commencer, lieux, personnages, recherches sur la nouvelle, écrire la ville, vers un écrire film...).

- usez bien sûr librement de ces propositions, pour vous ou dans les ateliers que vous animez... mais l’étape suivante, pensez à nos ateliers individuels pilotés, pour une progression personnalisée en dialogue permanent.

- retour sommaire cycle pousser la langue


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 juin 2019
merci aux 29 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page