< Tiers Livre, le journal images : journal | fréquentation des artisses

journal | fréquentation des artisses

Si je regarde la semaine en arrière, souvenir que le lundi et le mardi n’étaient pas très brillants : l’aller-retour en Suisse après le boulot de la semaine, le sommeil tout décalé à cause des roupillons TGV et les vibrations sans remuer – d’où évidemment, ces 2 jours, mise en stand-by des choses en retard de la todolist. Puis l’habituelle immersion Cergy : je le vis bien, pas encore de routine, déplacements d’accent vers les rendez-vous individuels qui deviennent de vraies séances de travail, puis l’échappée SciencesPo du vendredi parce qu’ils ont le même âge mais une position d’écriture si différente – d’où évidemment, ces 3 jours, mise en stand-by des choses en retard de la todolist. Continué aussi sur le texte Cognée, ce gars-là est beaucoup trop près de moi, en âge et en boulot, même si le reste se sépare (corporellement, par exemple) pour que ce texte n’ait pas été une sorte de secousse au point le plus sismique du boulot et de ce qu’on cherche, secousse positive évidemment mais qui remonte des tas d’éléments pas au programme. Vendredi midi beau moment aussi avec le Pifarély, là aussi bien brassé des trucs. Absolu besoin des copains, et là pareil Cognée et Pif ou les couloirs Cergy,ou même Didier Galas embrassé à la va-vite quand croisé à Montparnasse, pour se réancrer dans cette vitalité du faire de l’artiste, qui emmerde le reste, quand tout le reste est si pauvre et gris. Du coup, le bizarre cette semaine c’est d’avoir planté complètement le rendez-vous des vases communicants, pourtant un des plus beaux et signifiants qu’il m’ait été donné de recevoir. Mais ça ne fait rien, tout était au point avant la fin du vendredi soir. Et là samedi dimanche recollé dans les Fictions du corps, à chaque fois ça me laisse nase pour quoi que ce soit d’autre. Donc évidemment, côté todolist, c’est encore à pleurer. Presque pas fait de photo, c’est des visages que j’aurais eu envie et j’ose pas encore – sauf celle ci-dessus, Cergy évidemment.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 février 2014
merci aux 549 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page