Bagnolet | indiscrétions sur Arnaud Cathrine

passage de relais web papier à la médiathèque Bagnolet, avec un carnet Moleskine tout neuf offert par la maison


Fin de parcours pour ma résidence à la médiathèque de Bagnolet. Les ateliers web du vendredi, les croisements avec blogueurs, bibliothécaires, les ateliers d’écriture avec le lycée Hénaff et le groupe écrire midi deux à l’attention des salariés des grandes tours, plus les trois cartes blanches, on a tenu le contrat [1].

Nous sommes une trentaine à avoir bénéficié de ces résidences de la région Île-de-France, mais apparemment on les seuls, à Bagnolet, à estimer de notre devoir d’en rendre compte publiquement à mesure via Internet : il semble que ce ne soit pas la priorité de nos mandants, et que le silence feutré soit considéré ailleurs comme une garantie de la littérature (bilan commun le jeudi 14 mai, j’en saurai enfin un peu plus sur ce que font les collègues [2]). Mais quand même, ce silence organisé m’interloque : on dirait qu’on n’a pas assez de difficulté déjà pour faire comprendre ce qu’on vient faire dans ces dispositifs, que nos livres se vendent dans tous les kiosques de gare et pas besoin de se défendre plus. Ou bien que nulle médiathèque ou autre partenaire, nulle part, ne s’intéresse à ces actions sur fonds publics suffisamment pour juger utile de partager nos apprentissages, la façon dont on constitue et accompagne nos expériences, au temps d’Internet ? Bon, ça ne me regarde pas pour les collègues, mais en tout cas nous on l’a fait, via le nouveau site de la médiathèque (officiellement lancé en janvier, sur une base spip collaborative, c’est désormais un des sites de médiathèque les plus fournis en actu permanente), et via cette rubrique tiers livre.

Dans ces dernières semaines, avec Jérôme Aglibert nous interrogeons les usagers de la bibliothèque. Quand et comment ils viennent, comment ils organisent leur visite, comment ils cherchent, comment ils découvrent, comment ils lisent. En contrepoint, les lieux et fonctionnements plus secrets de la bibliothèque, le désherbage, la réserve, le cahier de suggestions des usagers et les réponses qu’on leur fait. Ce film sera présenté à l’automne.

Et une belle expérience, dans ce lieu où j’ai mes repères, de découvrir (et d’explorer avec eux) l’étonnante diversité de ces mille passagers : entre celui qui vient quatre heures ou cinq heures par jour, explore sur Internet ce qu’il a entendu la nuit via les radios, et noté sur une liste, ou ce gardien de nuit des grandes tours qui passe deux fois par semaine chercher les DVD qui occuperont ses veilles, avec une préoccupation cinéphile devenue si pointue, à cet ancien électricien du spectacle qui vient emprunter des disques de jazz et des polars, pour prolonger un univers qu’il a connu et que Paris sans doute a liquidé…

Mais drôle de découverte, cet après-midi : un gros cahier Moleskine tout neuf, encore enrobé de cellophane. Arnaud Cathrine commence dans les prochaines semaines, avec le théâtre de l’Échangeur, à Bagnolet, une résidence dans le même dispositif.

Dans le cadre de cette résidence, il viendra s’installer chaque semaine quelques heures à la bibliothèque et y écrire. Il écrira dans ce cahier et seulement dans ce cahier, qui restera, au terme de l’expérience, propriété de la bibliothèque. Les lecteurs, dès l’écriture commencée, pourront le lire sur place, et inscrire leurs commentaires.

On aurait donc inventé, à la médiathèque de Bagnolet, une écriture interactive non virtuelle ? C’est la diversité de ces expériences qui compte, et la façon dont chacune se greffe à la façon de travailler intime, ou profonde, de l’auteur invité, sa relation à l’espace, au lieu, au temps.
Alors, maintenant que se clôt de mon côté le temps partagé dans ces lumières, radicale plongée dans l’hyperville, et un travail sans cesse articulé sur le fonds et les rayons de la médiathèque, fonds méticuleusement et audacieusement fondé sur l’écriture contemporaine, un beau symbole de continuité que ce cahier, après avoir s’y souvent, de mon côté, greffé mon Mac sur les prises Ethernet, ou déballé les autres outils de mon sac d’écriture numérique (jamais eu ici à me servir d’un stylo).

Déjà, visite au site d’Arnaud Cathrine, et en particulier la rubrique textes, mais aussi des clips.

Et bonne route à Arnaud.

[1prochaine et dernière le 2 juin, 19h, sur le thème à quoi le web vous fait rêver, avec les sites Bibliobsession, Liminaire, Désordre et moi-même.

[2Exception notable : Jean-Charles Massera aux Lilas avec le blog Viva Démocratie – me signaler s’il y en a d’autres ?


fbon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 7 mai 2009
merci aux 3043 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page