poco agitato

lettre n° 26


en guise de bonne année

Internet se fait en marchant

plusieurs semaines que je n'ai pas donné de nouvelles via cette lettre, mais la plupart d'entre vous suivent en direct la vie du site, elle a été mobile et agitée _ de nombreuses réflexions et essais divers : Internet prend une place de plus en plus évidente et large dans les pratiques sociales, on s'y bat pour que ses contenus ne soient pas que de loisir, mais fassent lien avec la création littéraire et son évolution, c'est forcément râpeux et chaotique : on aurait tendance désormais à garder une partie des échanges pour une double circulation, un Internet privé et sa face publique _ comme à récemment faire remarquer cette évolution de Radio France, prescripteur essentiel dans la vie du livre et institution publique, à promouvoir directement la vente en ligne via alapage.fr, ou une instance critique aussi décisive que Télérama associer chacun de ses articles à la vente en ligne via fnac.com, et idem pour le Monde via chapitre.com, et que rien de tout cela ne favorise la visibilité des auteurs de création : mais que nous prenions nous-mêmes en charge, dans le strict intérieur des pratiques Internet et sans interférer avec la ville, des suggestions de lectures, les réactions sont épidermiques _ leçon retenue : s'en tenir aux textes qui circulent sur le Net et aux contenus littéraires que nous y inventons, il y a assez à faire _ reste que dans la profusion grandissante, toujours grevée par le système obsolète des offices, les meilleurs sites de libraires indépendants ne peuvent se faire prescripteurs de leurs propres richesses : en rejetant toute association avec les sites littéraires qui proposent, eux, ce travail de repérage et sélection, on s'est privé d'une belle chance et ça semble peu rattrapable dans l'atomisation qui en résulte déjà _ l'argent public va apparemment servir à financer quelques tentatives privées qu'il aurait fallu prendre il y a 3 ans et probablement donc hors d'âge à échelle du Net, ceux qui vont en bénéficier vont peut-être revenir à moins d'agressivité, sinon au moins l'indifférence habituelle tant mieux

pour ma part, j'entends bien désormais consacrer ce site à mon seul travail personnel et rester spectateur de ces agitations monétisées, surtout pas autoriser qu'on m'érige en bouc émissaire pour ceux que l'idée qu'on puisse exercer la littérature via Internet semble déranger, voire paniquer _ indépendamment, louons la volonté de plusieurs institutions, dont le CNL, de vouloir rattraper le retard côté Internet et prendre pied enfin dans le mouvement virtuel, mais apparemment c'est encore et toujours en ignorant les sites les plus actifs, ceux qui depuis des années sont le laboratoire de l'Internet littéraire, sans aucun soutien public _ reste que le ticket d'entrée n'est plus si facile qu'il y a 2 ou 3 ans : Internet ça s'apprend, et là aussi mieux vaudrait nous associer qu'essayer de nous ghettoïser _ l'idée qu'Internet soit aussi une expérience et un métier n'est pas encore d'actualité, laissons mûrir les sites tout remplis de bleu, de jaune et de rose, de fonds de papiers peints et de blogs morts

on garde donc le moral, et c'est fascinant d'être partie prenante d'une histoire qui va si vite, avec les liens et complicités qui s'élaborent dans ce que nous (j'entends : les petits webmasters bénévoles du Net littéraire) nommons notre bouquosphère, la solidité de ce qui s'y réfléchit (voir affordance), ce qui reste en veille des nouvelles pratiques (voir la feuille), lecture de ce qui se publie (voir remue.net) etc

c'est flagrant pour ce site : paradoxe toujours de tellement peu de mes collègues auteurs sur le Net que tiers livre reçoit désormais 2600 visiteurs individuels par jour (moyenne quotidienne sur les 4 dernières semaines), et que la partie blog|journal à elle seule reçoit quotidiennement plus de 800 visiteurs passant plus d'une minute sur un article (compteur très précieux celui-ci) _ paradoxe parce que c'est une importance complètement déplacée par rapport à mon travail personnel, et que j'entends bien m'en tenir à la route qui est la mienne depuis dix ans sur Internet, alors balbutiant : ce réseau de croisements et d'amitiés, qui doit être rare et ne pas s'encombrer de gêneurs, et avoir comme visage public une instance non de médiation mais de recherche

pages notables

dans les pages les plus lues ce mois-ci, celles qui concernent justement le rôle et la place d'Internet, ainsi ma réponse à Francis Marmande ("toile cirée"), ma lecture vraiment ébahie des propos tenus lors de la table ronde situation des auteurs de l'écrit en prélude à la journée livre 2010, ou cette réflexion sur l'évolution et l'éventuel repli des blogs Internet comme fosse à bitume
côté littérature un texte sur le fantastique, reprise d'un autre sur Duras, et sur Kafka
côté personnel, l'annonce du colloque de Saint-Etienne sur mon travail, un voyage éclair à Rome côté Rabelais et traces photos

agenda

cet après-midi, dernier des quinze épisodes feuilleton Bob Dylan, on peut écouter en ligne sur site France Culture les semaines prochaines, et le feuilleton a déjà eu l'honneur d'être piraté et téléchargeable ici !
sinon, prochain rendez-vous à Grenoble MC2, le jeudi 8 mars, pour performance Led Zeppelin avec Vincent Segal, et Saint-Etienne ensuite

bien cordialement à tous,
François Bon _ tierslivre.net

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 23 février 2007
merci aux 775 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page