A propos de Ugo Pandolfi

Journalist and writer based in the island of Corsica (France) 42.40 N 09.30 E.

dialogue #04 | Ne rien oublier

Vous n’êtes que le passé. Le pire, recomposé et omniprésent. Pour vous défendre, vous aviez dit d’abord que vous n’étiez qu’un interprète. Plus tard : « Ich kann mich nicht erinnern » (« Je ne me souviens pas »), « Ich habe nur meine pflicht getan » (« Je n’ai fait que mon devoir »). Moi, je n’oublie rien. Vous aviez rang de chef Continuer la lecturedialogue #04 | Ne rien oublier

dialogue #03 | audition d’un témoin

Deux jours avant sa disparition, le professeur Laurelli s’était donc rendu à l’aéroport pour accueillir Félix Appoline, adjoint au maire de la commune d’Awala-Yalimapo. Celui-ci était arrivé à Bastia-Poretta à 11 heures 15 en provenance de Paris-Orly. Laurelli l’attendait et le conduisit à Bastia où ils déjeunèrent. Ensuite, les deux hommes se rendirent à la gare où l’élu guyanais devait prendre le Continuer la lecturedialogue #03 | audition d’un témoin

dialogue #02 | décrocher

Pas de merles à Koura. Pas d’heure bleue. Un polygone, ils l’appellent, c’est tout.  ]il faut toujours que tu ne fasses rien comme les autres. Qu’est-ce qui ne va pas dans ta tête ?[ Une zone d’impact, à 130 km au nord-ouest de la ville de Klioutchi dans le kraï du Kamtchatka.Il y pleut des missiles, du Sarmat, du Satan. Continuer la lecturedialogue #02 | décrocher

dialogue #01 | le sang est toujours au pluriel

L’énergie de l’un, la fragilité de l’autre. Un soleil éclatant. Une vue à se perdre, tout autour et très loin, jusqu’au début du Péloponnèse. Le sol des champs est riche sous les pieds du fils qui est acquis. Superbes, les ovins du troupeau que l’enfant ajouté conduit. Seul un Dieu imbécile et pervers tel un père ivre avait pu choisir Continuer la lecturedialogue #01 | le sang est toujours au pluriel

écrire-film #08 | la peau des pierres

1 Si j’étais graveur, je me consacrerais à un seul trait, un simple trait, une trace inédite comme une déchirure, le fruit aléatoire d’un geste et d’une résistance. Je sais bien que si j’étais graveur cela me serait impossible parce que même si j’étais graveur il me serait impossible de penser l’image inversée. 2 Je ne suis pas graveur et Continuer la lectureécrire-film #08 | la peau des pierres

vers un écrire-film #07 | L’absent inaudible

Le bruit du soleil qui se lève sans faire de bruit, jamais. Le bruit du soleil dont seule la chaleur parfois réveille. Le bruit du soleil dont les ondes électromagnétiques doivent être converties en ondes sonores pour nous devenir audibles. Le bruit du soleil qui est absent des artefacts de bruitages libres de droit que nous livrent les plateformes de Continuer la lecturevers un écrire-film #07 | L’absent inaudible

vers un écrire/film #06 | MPM

[…]un fragment de réalité, d’un projet mien, alors qu’il était impossible au clavier de me tomber des mains. Participer d’une saisie au ralenti du réel ne pouvait avoir, selon moi, qu’un sens inverse aux aiguilles des montres, une logique d’œil et de caméra. Écrire vite et plus vite encore. Parier sur le fait que les yeux et le cerveau du lecteur ne Continuer la lecturevers un écrire/film #06 | MPM

transversales #05 | usure par frottement

Bureau où l’on use ses coudes par frottement. Si l’on a mal au cul ou le dos en torture, rien n’y est possible longtemps. Quel que soit le bureau et les objets utiles ou magiques que l’on y dispose, c’est l’assise qui compte, le bon fauteuil. La bonne assise et les mots qui déclenchent usures et frottements. Qu’importent les lieux, Continuer la lecturetransversales #05 | usure par frottement

vers un écrire-film #05 | L’œil de Hans Hartung

Cueillir, saisir, le présent de cet instant, vase rempli de sa voix, de ses gestes, de son histoire, de son œuvre. Il dit : A dix sept, dix huit ans, je voyais des livres sur Rembrandt, des livres sur le graphisme. Il y avait des choses dedans qui sont très frappantes : il peint, il continue. C’est très continu et puis Continuer la lecturevers un écrire-film #05 | L’œil de Hans Hartung

hors-série #impératif | Mentir, crier, verseller

Mens. Et à toi même d’abord qui garde espoir que les riens de tes gestes changent quelque chose à ce qui arrive. Mentons. Aux yeux et aux oreilles de tous avec la toute puissance des sérialisations du réel. Chaque acteur de l’Histoire a le storytelling adéquat pour la réécrire ou la nier selon ses besoins. Mentez.C’est vrai en temps de paix. C’est Continuer la lecturehors-série #impératif | Mentir, crier, verseller