A propos de Ugo Pandolfi

Journalist and writer based in the island of Corsica (France) 42°45' N 9°27' E

#techniques #08 | rien + l’adverbe

Comme un chat qui s’étire pour tenir toute la place comme une étendue liquide qui s’empare du corps comme l’aérien sentiment de n’être pas là où l’on se trouve comme la feuille qui soudain se détache laissant voir un fruit comme les travaux incessants des fourmis qui transforment le bois en architecture de poussières comme des traces de civilisation humaine retrouvées sous la montagne des déchets comme si encore nous étions comme si nous n’avions Continuer la lecture#techniques #08 | rien + l’adverbe

#techniques #07 | simplicité

Le feu encore possible dans les derniers jours | Livres alignés en voyage d’un lit au bureau qui est le sien | Traverser la zone humide pour atteindre le sable blanc | Le visage se cache du soleil sous un voile bleu | Un or ancien retrouve vie à son cou | Les pièces d’échecs partent en voyage, diagonale noire Continuer la lecture#techniques #07 | simplicité

#Techniques #06 | transmission

Tourner autour et tourner avec, tel est l’ impératif de l’homme à la caméra. Prendre la vie sur le vif, c’est apprendre à se rapprocher physiquement et apprendre à s’éloigner aussi. Être tous les points de vue possible, tous les possibles. L’inculture, l’ignorance, la paresse, l’égocentrisme des créateurs de contenus du XXI ème siècle fait peine à voir : ils tiennent dans leurs Continuer la lecture#Techniques #06 | transmission

#techniques #05 | le mot absent

Les folles polyphonies de la faune de la nuit coassent cocasses. L’étrangeté de ce temps est douce à la peau et son humidité s’entend. Lourdingue cette insistance des allitérations et des assonances. Le présent, oui. L’insistance, non. Les polyphonies de la faune de la nuit coassent. L’étrangeté de ce temps est douce à la peau et son humidité s’entend. Conserver Continuer la lecture#techniques #05 | le mot absent

#techniques #04 | pour mémoire et sans rancune

A… Ce que c’est que l’ambiguïté d’un sentiment Dire de soi revêt bien des habits. Être là sans être là, négliger avec recherche son vêtement, entourer son cou d’une écharpe ethnique quelle que soit la saison et dehors comme dedans, laisser toujours dépasser de sa poche un livre de poésie. Il savait tout cela, le pratiquer avec soins et d’autant plus Continuer la lecture#techniques #04 | pour mémoire et sans rancune

#techniques #03 | cénotaphe

Mon corps n’est pas derrière les silences : au milieu d’eux, il en survit comme il s’en protège. Sôma sêma, a se laisser séduire longtemps par le jeu des mots d’un grec qui n’avait même pas lu Marcel Mauss, on met très longtemps à comprendre que toute une vie se passe à faire tenir debout un tombeau vide, non une Continuer la lecture#techniques #03 | cénotaphe

#techniques #02 | la chambre petite

Verte et rêche, la couverture militaire qui recouvre à peine le lit, est trouée par endroits, mitée et brûlée par les cendres d’un cigare toscan — le marbre blanc de la haute commode garde les traces des colles, des peintures, des vernis dont les boites et les pots sont alignés là, contre le mur au papier peint jauni, avec parfois Continuer la lecture#techniques #02 | la chambre petite

#techniques #01 | nuage d’un sentiment

Le sentiment de maintenant et de l’ici, oubliant tout de l’avant et de l’ailleurs, n’en retenant que des bribes précises et confuses se mélangeant, des bagues en poils d’éléphant surgissent brusquement dans la recherche lexicographique, se perdent dans le brouillard des concordances, le nuage des proxémies. Le sentiment des synonymes, listant de possibles résonances, faux-semblants, imposture cachant ma paresse, mon Continuer la lecture#techniques #01 | nuage d’un sentiment

#transversales #07 | Là quand

Où rien ne dit que Rigobertson n’existe pas Rien—rigole—rigobe—rigober. Les correcteurs automatiques de l’écriture invente des mots. Rigober n’a été trouvé nulle part dans le TLF. Aucun mot apparenté n’a été trouvé. Revisiter, est-ce écrire ? Je ne triche pas : c’est imprimé dans un livre publié après une année de confinement. Je suis né en 1952, un 12 août, Continuer la lecture#transversales #07 | Là quand

#voyages #10 | conique ta terre

Des verticales—La toile d’une araignée électrique qui les relie—du maquis dans le maquis du maquis—sans fin—que décrire de l’image puisqu’elle est là—qu’en dire sans dire mot du réel dont elle a été séparée—quelques tirets peut être pour allonger la phrase—tirets horizontaux pour contrarier les verticales— parvenir à cinq lignes péniblement— La masse de la terre—deux tiers de l’image sous un Continuer la lecture#voyages #10 | conique ta terre