#nouvelles #02 | histoires de mes librairies (chacune·chacun)

un cycle dédié à la construction de récit


 

#01 | histoire de mes librairies (chacune·chacun)


D’abord, vous l’avez vu, une page sur notre WordPress « Tiers Livre, les ateliers » intégrant 2 tutos : le premier concernant un autre mode d’emploi pour le WordPress, basé sur l’idée d’un seul article pour l’ensemble de vos contributions à ce cycle, le deuxième concernant la mise en place dans cet article, pour son ergonomie et sa lisibilité, d’une table des chapitres ainsi que d’une « liseuse » pour y inclure, de semaine en semaine, votre PDF de travail.

La semaine dernière, une première marche d’approche — et ce terme est important : dans ce début de cycle, on ne cherche pas à démontrer quoi que ce soit, mais juste construire progressivement un paysage, qui sera notre territoire d’auteur pour les constructions ultérieures —, à partir du texte de Georges Perec, Brèves notes sur l’art de ranger ses livres, plus une petite visite à Walter Benjamin, Je déballe ma bibliothèque, et la remarque suivante, qui va continuer de me guider : le continent que représente, dans l’histoire de la nouvelle, la mise en abîme du livre lui-même.

Et c’est ce qu’on va poursuivre cette semaine, et c’est de nouveau une marche d’approche, pas besoin de relier au texte de la semaine dernière, et même surtout pas, comme plutôt des « silos » indépendants, qu’il sera bien temps de reprendre, ou tout simplement de s’y installer mentalement pour laisser venir les textes suivants.

J’ai voulu repartir de deux petits volumes que je considère vraiment singuliers et curieux, les deux tomes du Corps des libraires de Vincent Puente, j’en avais fait une présentation dans mes Carnets, voir ici Se méfier des libraires.

Je vous propose, dans le premier volume — télécharger bien sûr l’extrait avant toute écriture —, une séquence de trois librairies, chacune traitée en deux pages compactes : une serait à Angoulême, la suivante à Strasbourg, la troisième à Saragosse. Mais l’ensemble des deux tomes c’est de la crème, on peut se procurer ici le tome 1, et ici le tome 2 (et même commencer par lui).

Avec une mise en garde : Vincent Puente construit des fictions, chacune depuis une fonction symbolique, mais prise isolément, de l’ensemble de celles que mentalement nous projetons sur les villes et leurs lieux d’acquisition des livres. Il est trop tôt pour nous, dans ce cycle, pour chercher à construire de telles fictions, et s’établir dans le fantastique.

Non, je vous propose de repartir, en trois, voire cinq (ou plus, si affinité) descriptions mémorielles — donc subjectives, et même au plus singulier de la perception subjective à distance et donc incluant les visages, les villes, les ouvrages qu’on s’y est procurés ou telle anecdote) — des librairies qui font partie de votre propre histoire de lectrice ou lecteur, et vous ont constitué, justement, en tant que lectrice et lecteur. Et ce que j’apprécie, dans les deux minces volumes de Vincent Puente, c’est qu’il nous en présente pas loin de trente, de ses librairies fictionnelles, et que l’idée qu’on puisse soi-même en retrouver trente c’est l’élan même dont on a besoin pour écrire.

Est-ce que moi-même je peux rester extérieur à cette proposition ? Que non, bien sûr. À preuve cette page datant de 2008, où il y en aurait bien une vingtaine : Histoire de mes librairies, et qu’à titre exceptionnel je vous propose pour titre même de cette proposition.

C’est la dette même qu’on a à certains livres comme ces deux volumes du Corps des libraires, de vous faire croire qu’on aurait pu avoir l’idée à sa place et qu’on a eu bien tort de ne pas l’avoir... mais justement, c’est lui qui l’a eue et pas nous.

Alors à vous d’écrire, mais en gardant bien en tête qu’il s’agit encore de marche d’approche, d’accumulation de matière, d’un territoire à progressivement constituer. Et n’oubliez pas d’en profiter pour mettre en place votre table des chapitres, même si c’est encore seulement le deuxième !

 


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
diffusion sous licence Creative Commons CC-BY-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 31 mars 2024
merci aux 153 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page