cycle 4 | recherches sur la nouvelle

c’est parti : l’atelier d’hiver 2018


- chaque vidéo se suffit à elle-même, mais chaque proposition dispose d’une fiche d’appui avec extraits imprimables, voir notre pass une fois pour toutes.

- à vous de parcourir librement ce cycle, mais la possibilité de bifurquer vers d’autres cycles thématiques plus spécifiques (commencer, lieux, personnages, écrire la ville, pousser la langue, vers un écrire film...).

- usez bien sûr librement de ces propositions, pour vous ou dans les ateliers que vous animez... mais l’étape suivante, pensez à nos ateliers individuels pilotés, pour une progression personnalisée en dialogue permanent.

- ce cycle a été proposé la première fois l’hiver 2019, voir l’ensemble des nouvelles produites au terme de l’atelier ou le sommaire des auteur.e.s/

- retour sommaire général

le sommaire des propositions


- 1, des images mentales (Henri Michaux)

- 2, écriture avec écrivain (à partir des Rêves de rêves d’Antonio Tabucchi))

- 3, quand Kafka s’amuse (le Prométhée de Kafka)

- 4, Duras, quatuor à dire, à partir de La mort du jeune aviateur anglais

- 5, Sarraute, vers une scénographie des voix (à partir de Vous les entendez

- 6, Robert Walser, écrire sans sujet (à partir de Vie de poète

- 7, écrire le contexte de l’écriture, Virginia Woolf

- 8, vies brèves, voire apocryphes (Jacques Roubaud)

- 9, une autobiographie de l’autre avec vous-même écrivant dedans (Gertrude Stein

 

construction d’une nouvelle, enjeux & principe


La longue aventure de l’atelier d’été 2018 s’achevant avec la publication du livre, les forces reviennent : tout ce plaisir des échanges, des connaissances nouvelles, de la curiosité à lire...

Et ça correspond, d’une nécessité plus personnelle et profonde, au besoin de renouveler mes outils, de développer aussi des cycles que je puisse réutiliser – puisque l’an prochain c’en sera fini de l’astreinte et du studio école d’art – dans des accompagnements personnalisés ou des workshops thématiques, en France ou à l’étranger (oh oui, oh oui...).

Construire une nouvelle : j’ai longtemps été réticent à l’idée. Trop marre de ces concours imbéciles, avec publication en recueil pour le texte primé. L’idée que la nouvelle serait en somme une sorte de degré zéro de l’exercice romanesque.

Mais c’est le contraire, c’est le plus funambule. De Maupassant à Tchékhov, de Conrad à Henry James, de Lovecraft et Edgar Allan Poe à Flannery O’Connor ou Nadine Gordimer, ce sont des textes abrupts et vertigineux.

Toutes les questions liées à la poétique de la prose, à l’art du conte, à l’acidité et l’énigme des personnages, à l’oeuvre brève comme allégorie de l’écriture même ou de l’art ou de l’humanité tout entière, le bénéfice, comme moi comme pour vous j’espère, sera de s’y confronter de plus près.

Et c’est bien dans cette idée qu’on va les explorer, en commençant par l’abrupt, dans tout l’aiguisé de la langue. La question de la construction, comment elle devient en tant que telle récit, sera au coeur du cheminement.

Et donc en route pour ce nouveau rendez-vous !

FB

Image haut de page : Magritte, La reconnaissance.

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne 2 décembre 2018 et dernière modification le 19 février 2020
merci aux 13718 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page