Alice

les matins XXXXX elle cuisinait XXXXX l’été volets croisés XXXXXXX elle touillait dans la cocotte XXXXXX fonte brûlante cuisinière noire hauts murs vert pâle XXXXX brillants miroir suspendu à hauteur de visage XXXXXX reflétait vert du ciel XXXXXX murs clairs XXXXXX longue cuillère XXXXXXXpauvre bois   XXXXXXX cendre suspendue au bout de la P4XXXXXXX en attente de tomber XXXX restait suspendue compacteXXXXX fragileXXXXXXagglomérée XXXXXXX compacte encore XXXXXXXrésistante à l’attraction terrestre ne tombant pas restantXXXXXXXXXXXXXX suspendue XXXXXXXau-dessus XXXXXXXelle touillait dans la cocotte répandant l’odeur divine du bon manger XXXXXXXX flottait XXXXXXXX le regard suspendu au mégot et le nez en alerte XXXXXXXX flottait dans la petite cuisine haute les volutes de fumée XXXXXXX voile léger XXXXXXX fascinant lancinant, de la P4 XXX cendre XXXen suspend flottait au son de la musique arabo-andalouse de Rainette l’oranaise XXXXrajoutée au montage X XXXdansait au dessus de la cocotte XXXen fonte en lentes arabesques. Les volets sombres obturait la chaleur XXXX du dehors, l’été l’enfant silencieusex xxxelle xxx était fascinée xxx entre faim promesse de festin crainte que l’attraction terrestre ne s’accomplisse xxxxx crainte de la faiblesse de la cendre xxxxxxdans la cocotte xxxxcrac xxxxboules du loto xxxx la chenille verte replète entourée de fumée xxxxx se déroule xxxxxxxxxx s’enroule xxxxxxxxxxxxxxxxxenveloppe comme un cocon

A propos de Marie Barthélémy

J'anime des ateliers d'écriture à Marseille pour un public classique et aussi à la Friche-Belle-de-Mai pour des personnes désirant apprendre à écrire la langue française

Une réponse à “Alice”

  1. je ne suis pas arrivé à faire les espaces que je souhaitais même avec &…..Alors, voilà!