A propos de Marion T.

Après tout : et pourquoi pas ?

autobiographies #05 | sorcière et porcelaine

Codicille : un passage de #L2, irruption hasardeuse d’un univers qui viendra alimenter ensuite un pdf, une succession d’extraits très morcelés correspondant à chaque article de l’atelier “Faire un livre”. Retour récent au pdf, tentative alors de lier les morceaux. Continuer la lecture autobiographies #05 | sorcière et porcelaine

autobiographies #06 | le thé Lipton, j’aime pas ça

Les odeurs changent, les lumières changent, et toujours dans le couloir étroit sentant le cuir, le tabac et le métal, sentant le thé, des silhouettes qui passent, tantôt des passagers tantôt des stewards ou des contrôleurs, c’est qu’il va loin, Continuer la lecture autobiographies #06 | le thé Lipton, j’aime pas ça

autobiographie #01 | Papier de verre

Le vent. Le paysage en larges bandes, liserés de sable, d’eau et de ciel. Le contact mouillé des pierres lisses, tranchantes, parfois ourlées d’algues molles. Le pied glisse, se rattrape, échoue dans le sable vaseux. C’est marée basse. Le picotement Continuer la lecture autobiographie #01 | Papier de verre

#P11 | Être chez soi, d’abord : une chorégraphie.

Dis, tu crois qu’elle reviendra ?Je ne sais pas.Tu l’as bien connue ?Oui.Tu me racontes comment c’était ?Des fois on ne l’entendait pas. Ou alors, un bruissement, un frisson une densité. On ne l’entendait pas elle. On entendait le pas Continuer la lecture #P11 | Être chez soi, d’abord : une chorégraphie.

#L11 | La poussière et la soupente

Non pas une histoire mais plusieurs.Non pas un lieu mais plusieurs.Non pas un élément mais plusieurs.Non pas un corps, mais morceaux, bribes, entrelacs.Non pas l’unité mais le filament.Non pas la pensée mais la pesanteur de l’air et des courants d’air Continuer la lecture #L11 | La poussière et la soupente