A propos de Michael Saludo

Une vie professionnelle avec le cinéma comme objet de fiction et de réalité aux limites pas tout à fait franches. Très tôt une envie de livre, d'en façonner et d'en écrire. Une enfance baignée des lumières du Maroc, puis une adolescence dans le Var, le bleu, le Mistral, et les beaux-arts.

vers un écrire/film #01 | et le Guédiguian vous le passez quand ?

TWIST À BAMAKO de Robert Guédiguian ©Agat Films

Brusquement la porte s’ouvre, le son d’un cliquetis métallique caractéristique, la porte d’entrée en haut des marches se referme, puis des pas mal assurés traînent sur le sol. Devant moi je débranche le téléphone portable que je dépose sous le Continuer la lecture vers un écrire/film #01 | et le Guédiguian vous le passez quand ?

autobiographies #10 #11 – Esther

Elle ne marche pas vite. Elle traine un peu ses chaussons sur la moquette. Elle contourne les obstacles sa main appuyée sur son parapluie noir de la main droite. Elle tire avec son bras gauche la personne à côté d’elle Continuer la lecture autobiographies #10 #11 – Esther

autobiographies #09 | double-fond

Courant le plus vite possible dans les escaliers de velours pour aller vérifier au deuxième étage du grand magasin, les boites insolentes et prétentieuses, zébrées de strass, leur empilement irrésistible, l’objet de ma convoitise bien en vue. Puis disparition et Continuer la lecture autobiographies #09 | double-fond

autobiographies #03 | te regarder longtemps danser

Si le tilleul m’avait donné accès à sa mémoire fixée sur la couche mince de ses cernes, j’aurais pu contempler ma naissance et l’enfance de ma mère. Sa présence solitaire à quatre enjambées du puits dans la cour de graviers Continuer la lecture autobiographies #03 | te regarder longtemps danser

#L8 | Le looch est bien mol, n’y gâtez pas vos dents.

Harcelé par des cauchemars, et trempé de sueur, il se lève au milieu de la nuit, le ventre tiraillé par la faim. Il quitte son marcel pour un t-shirt sec. Le frisson des visions morbides parcourt encore les pores de Continuer la lecture #L8 | Le looch est bien mol, n’y gâtez pas vos dents.