#Nouvelles | boucle deux | Brigetoun

01 – une rencontre02 – une longue vie discrète03 – ce qui les liait #01 | une rencontre Ô vous la tant admirée, la si étonnante, la petite femme d’importance, la un peu ridicule quand vouliez, la grande dame | je peux bien me permettre de vous parler directement et ainsi maintenant que vous n’êtes plus depuis longtemps que des Continuer la lecture#Nouvelles | boucle deux | Brigetoun

#gestes&usages #01 | Ernaux, à cause de la couleur

A cause de la couleur cette année là— 1975— une couleur chaude entre l’orange la terre de Sienne l’ocre et toutes nuances, tons, valeurs se heurtant, s’épousant et se heurtant encore —au froid bleu du ciel, aux reflets de turquoise de la mer vineuse— mais qui ne sont pas plus désormais qu’ une photographie jaunie semblable à toutes ces autres Continuer la lecture#gestes&usages #01 | Ernaux, à cause de la couleur

#été2023 #03 | autour d’elle

codicille : Je dépose ce texte qui se présente à part, pour passer au suivant. Pas certain de son devenir… Comme je l’ai dit, son visage est parcouru de traits juvéniles, un visage ouvert d’une belle candeur qui obombre la finesse de son cou, ses bras enveloppés d’une peau claire, elle doit avoir quatorze ans. Elle porte des baskets roses, Continuer la lecture#été2023 #03 | autour d’elle

#été2023 #00 | Une autre chambre

Je ne me rappelle pas, mais il est possible que ce soit par contrainte scolaire que j’aie glissé dans mes bagages ce format poche à la couverture lisse. Vers midi je suis encore en route pour l’Italie, seul passager d’un break, les sièges arrière rabattus pour un bloc qui empêche toute visibilité arrière. Nous partons tôt ce samedi matin de Continuer la lecture#été2023 #00 | Une autre chambre

L’odeur des caves

C’est comme d’attendre ton bus dans les chiottes publiques, cet abri noyé dans la nuit avec ses murs couverts de propos sordides. Mains dans les poches, sautillant sur place, tu patientes la goutte au nez. Puis arrive le car du ramassage scolaire, balayant de ses phares le rond point déjà décoré pour les fêtes. Ça trépigne pour entrer, ça se Continuer la lectureL’odeur des caves

#40 jours #10 | Vacances du souvenir

Illustration : une clairière en hiver, fait d’arbres et de sorte de tavaillons multicolores, Hannibal, le mammouth de Marina Le Gall.https://ventdesforets.com/oeuvre/marina-le-gall/ Peu de souvenirs du vieux chalet alpin perdu dans une clairière et dans l’hiver. Loué par la famille pour le ski de fond et pour se retrouver. Reste cette image, arrivé fourbu ou dans les bras d’un adulte, devant Continuer la lecture#40 jours #10 | Vacances du souvenir

#40jours #05 | valse à trois temps

Se replonger dans le salon-salle à manger de l’appartement d’enfance et adolescence, tournoyer à 360° dans le sens des aiguilles d’une montre, commencer à gauche donc par le long buffet en bois teinté chêne foncé, environ un mètre trente de hauteur, nombre de portes à jamais dans le flou, moulin à café ancien à manivelle, lampe à pied en étain Continuer la lecture#40jours #05 | valse à trois temps

#P8 | Elle est signée de ton nom

Tu es la cadette du microcosme, longtemps. C’est ce qui fait ta singularité. Tu as le sentiment qu’une ligne est tracée. Qu’il est possible de s’en éloigner pour quelques pas, puis d’y revenir. De toute façon tu le sais bien, on t’appellera. Les regards toujours se tournent vers toi. Minuscule, tu fais tes premières nuits dans un lit bateau. Dans Continuer la lecture#P8 | Elle est signée de ton nom

#P1 Du dehors à l’intérieur de moi

vu depuis une tente

derrière la toile, je sentais le vent, les herbes, les arbres, les bruissement, les sifflements, les hululements, la fraîcheur de la nuit contre laquelle j’essayais de lutter, j’avais les organes plein de soleil, j’étais peuplé du dehors,–les yeux grands ouverts, je regardais le vide, je comptais le trop ; le nombre de fois où, les chemins mal embarqués, les oublis, les Continuer la lecture#P1 Du dehors à l’intérieur de moi