dialogue #04 | la couleur du silence

Vous serez étendu à mes cotés, la chambre sera plongée dans l’obscurité. Vous me direz : il fait tout noir.Vous préciserez : oui il fait nuit. Je ne répondrai rien.Je me rapprocherai et vous me direz : attends je me retourne, et vous ouvrirez les bras pour m’y accueillir. Vous ne direz rien de plus et tenterez de laisser le Continuer la lecturedialogue #04 | la couleur du silence

vers un écrire/film #02  | parenthèse

Gros plan serré sur le visage d’un homme, de trois-quarts | à gauche de l’écran | sous un chapeau à bords relevés, un visage rond, de petits yeux sertis de rides qui s’efforcent de voir à travers la nuit et la pluie | il parle | un visage soucieux comme tout entier porté par la volonté d’exprimer enfin ce qu’il a Continuer la lecturevers un écrire/film #02  | parenthèse

#P10 | La convergence des risques

Marseille Le couple est inquiet. Il faut que tu parles à Mila, que tu lui dises que nous ne sommes pas en vacances. Elle est sortie pour se baigner, elle n’est pas rentrée. Ses parents remontent le quai dans l’espoir de la retrouver. Elle n’est plus à la plage. Elle prend des risques inconsidérés en sortant sans nous prévenir, sans Continuer la lecture#P10 | La convergence des risques

#L7 | Tant de nuits

Nos jeunesses ébauchéesLe reste de nos viesSi loin de moi Tant de nuits, Alain Bashung Dans la remise en question de la première phrase, du premier texte, le doute qu’il soulève dans le récit, se situe tout l’enjeu du texte à venir. Ce qui détermine le moment de la rencontre, de la décision et de ses conséquences, cet instant où Continuer la lecture#L7 | Tant de nuits

#L6 | La dérision de vivre comme un mot entre parenthèses

L’homme Réveil difficile. Il s’est endormi de longue lutte, nuit agitée de rêves aux images insoutenables, d’une violence rare. Il se réveille en sursaut avec l’impression désagréable de s’être assoupi quelques minutes plus tôt, tendu, la nuque raide, les membres endoloris, des cernes sous les yeux. Une épreuve. Son bras glisse, hésitant, entre les draps tièdes, pour s’étirer et déplier Continuer la lecture#L6 | La dérision de vivre comme un mot entre parenthèses

Est-ce que j’invente ?

Rose et Jack Paris décembre 2019 Couple amoureux sur trottinette électrique, lui derrière l’enveloppe elle de ses longs bras emmanchés dans une veste trois quart en tweed brun, il dirige l’engin, elle a ses mains posées au milieu du guidon, son visage pâle est légèrement penché vers la droite, dans un abandon fragile, ils se déplacent lentement sur la piste Continuer la lectureEst-ce que j’invente ?