autobiographies #15 | chambres alvéoles

Je ne comprends pas tout à fait qui elle est mais je sais qu’elle se déplace dans cette maison de poupées avec agilité, chambres pareilles aux alvéoles d’un fruit, bien visibles en coupe verticale ou par le dessus. Il y Continuer la lecture autobiographies #15 | chambres alvéoles

autobiographies #14 | et c’est bien

des montagnes d’ordures sur les trottoirs les feux épars (chasse aux rats ou feux de joie) de gens qui chantent en se tenant la main sous le métro aérien une mine sans charbon ni or de grandes pièces de bœuf Continuer la lecture autobiographies #14 | et c’est bien

autobiographies #06 | cigarettes de nuit

Le visage face à la vitre, face à l’obscurité au-delà qui renvoyait la lumière blafarde du plafonnier et, à contre-jour, le reflet mangé de buée à chaque expiration, le regard barré par la pliure de la fenêtre, là où vers Continuer la lecture autobiographies #06 | cigarettes de nuit

autobiographies #06 | long trajet de nuit

J’avais choisi la couchette du haut parce qu’on y tenait assise, que l’arrondi du toit du wagon n’était pas à portée de main, même en tendant très haut la main, à la différence du milieu et du bas où un Continuer la lecture autobiographies #06 | long trajet de nuit

autobiographies #06 et #09 | marche à la nuit

Marcher. Marcher à la nuit. Je sais pas quand ça arrive. Mais ça arrive. De marcher ainsi, à la nuit. C’est arrivé, quelquefois. La première fois j’avais… quoi ? Je me suis réveillé, je me suis levé, et j’ai marché jusqu’à Continuer la lecture autobiographies #06 et #09 | marche à la nuit

autobiographies #06 | autobiographie véhiculée de ma voix qui pleure

Par une nuit d’hiver premiers, des retours nuit, jour soudain nuit, qu’un démiurge bouscule d’extinction surnaturelle, changement programmation automatique satellite, heure déplacée séparatrice de, le clair de la rigueur, la douceur de l’obscur, la netteté du mouillé, ne pas avoir Continuer la lecture autobiographies #06 | autobiographie véhiculée de ma voix qui pleure

#L12 | la nuit bue quand il nuit

pensez à une chose, une phrase du texte que vous l’ayez ou non écrite , enfouissez-là sous la terre, attachez la chienne qu’elle n’ aille pas aussitôt la déterrer — qu’elle prenne la phrase pour un os est une probabilité Continuer la lecture #L12 | la nuit bue quand il nuit

#P11 | avec toi dans la nuit

Montagne. Durant tout le jour, la lumière blanche, la chaleur impitoyable avaient exaspéré le ciel, le bleu n’existait plus. La main posée sur la tête du robinet elle laisse couler un mince filet d’eau dans le lavabo pour stimuler la Continuer la lecture #P11 | avec toi dans la nuit

#P11 | Toile de nuit

Le voyageur dépasse les lisières de sa carte géographique, il ne s’aperçoit de rien, il continue à marcher, il marche encore longtemps avant d’atteindre  les premières maisons. Il est habité d’un fort désir de rencontrer les habitants, d’être accueilli, nourri, Continuer la lecture #P11 | Toile de nuit

#P11 | Le silence est aussi un bruit

Les pas glissent sur les petits carreaux de grès. Leur chuchotis esseulé. Dans la maison endormie, paisible, les babils électriques des appareils électroménagers, ces bourdonnements ténus mais tenaces qu’on n’entend pas dans la journée, inaudibles, il suffit de cesser toute Continuer la lecture #P11 | Le silence est aussi un bruit