A propos de Nathalie Holt

Rêve de peinture. Quarante ans de scénographie plus loin, écrit pour lire et ne photographie pas que son lit.

#40jours #19 | Conte

C’est avant et le mur est si haut. De l’autre côté ils ne peuvent pas voir. Ils attendant. En rang serré. Des manteaux. Des écharpes, leurs bonnets mais aussi des têtes nues. Des robes d’été,  des épaules nues. Des bottes, des escarpins, des sandales; même des pieds nus. Aux doigts des mains leurs alliances, leurs bagues, ou rien, leurs doigts. Continuer la lecture#40jours #19 | Conte

#40 jours #20 – sur la photo

Et finalement qu’est-ce que ça donne ? Ça donne ça. Tu vois mal sur la photo mais en vrai ça donne. Ça donne vraiment. Bien. On s’est assez battues pour ça. On en a donné des heures. Maintenant on l’a ouverte cette brèche. Ça donne pas sur la mer mais tout comme. Ça donne de l’autre côté. Ça donne ici. Et Continuer la lecture#40 jours #20 – sur la photo

#40jours #17 — trois et plus

Le mot nomenclature dans sa tête il se confond avec Kommandantur. Elle doit retrouver le papier. Elle n’a jamais su ranger. Les années se déversent des sacs. Tout confondu, lettres, listes, factures, feuilles avec ou sans le cachet faisant fois, cartes périmées, partitions en miettes, même un archet. Il ne faudrait pas mettre la musique dans le même sac. Elle Continuer la lecture#40jours #17 — trois et plus

#40jours #19 | Rien

Ce qui ne vient n’arrive n’est ici. Nait ici. Rien. N’arrive. Rien. N’est rien comme assise/assis là. Si comme là. Mais rien. Avec tout. Chair et os. Coxal. Iliaque. Coccyx. Et poils. Avec culotte et chaussettes. Même chaussettes. Mais rien. Et la tête à portée de main. La tête sous le coude. On ne sait jamais. Mais rien. La tête Continuer la lecture#40jours #19 | Rien

#40jours # 18 | Truffaut

Rentrer ce jour là par Brochant — tu peux choisir de rentrer par Brochant ou pas. Rentrer les cheveux mouillés, enceinte jusqu’aux dents. Par Brochant. Passer devant le marché couvert. Puis prendre par la rue des Moines. Remonter la rue sur ta gauche, pour rejoindre le 58 une quarantaine de numéros plus haut; se souvenir qu’à cette époque la boutique Continuer la lecture#40jours # 18 | Truffaut

#40jours #16 | anachronique

Laure s’est endormie. Je me souviens du mauvais papier de ce carnet acheté dans un bazar à Paris, ses pages coquille d’œuf quadrillées de lignes presque  invisibles. Stries rouges. Ce carnet je l’ai glissé  dans le grand sac à dos il y a trois jours en partant. Il fait 40 degrés. Un jour blanc perce le volet; je peins une Continuer la lecture#40jours #16 | anachronique

#40jours #14bis | pour elle

Je sais que c’est fini. Je l’ai su il y a longtemps. Bien avant. Je l’ai su avant eux c’est certain. L’été dernier, soudain. Quand le jour se levait. Je n’ai rien dit. J’ai su. J’ai continué pourtant. Comme ils voulaient. J’ai fait tout. Comme ils le voulaient. J’ai accepté de perdre beaucoup pour renaitre un peu. J’ai tout donné. Continuer la lecture#40jours #14bis | pour elle

#40jours #15 | ça l’bruit

ça l’bruit qu’elle fait elle là dans le coin à rien d’autre à faire croit qu’ça m’intéresse son bruit croit ça m’intéresse croit ça elle là dans son coin s’y croit ou quoi j’y crois pas tu veux plus de lumen dans ton boudoir et pan-pan-et pan là dans l’coin toute dépenaillée toute décharnée là dans l’coin elle croit qu’ça Continuer la lecture#40jours #15 | ça l’bruit

#40jours #14 | numéro d’écrou

C’est la troisième fois en un an qu’ils la ramènent. Ils la ramassent dans la rue quand elle crie trop. Dans le quartier on la connait.  D’abord elle se débat. Puis elle se terre dans son silence. Elle a toujours sa boite avec elle dans un sac ­— un sac de sport tout bête avec une bandoulière de toile—, une Continuer la lecture#40jours #14 | numéro d’écrou

#40jours #13 | peine perdue

Notes de rues en images. Sols. Murs. Boites. Carlingues. Chantier. Panneaux. Paris 15eme. Saint Leu la Forêt. Iles ( océan-mer). Comme ouvrir la boite Caran d’Ache géante cadeau de tes sept ans. Un arc en ciel y est couché. Ouvrir. Effleurer. Refermer. La même que dans son bureau à lui. Dans la sienne les crayons sans ordre de taille ni Continuer la lecture#40jours #13 | peine perdue