#L10 | Mon double, mon ombre

Adel ne connaissait pas ma sœur, ils ne s’étaient rencontrés qu’une seule fois, il y a très longtemps, chez mes parents, à l’occasion d’un anniversaire. Je lui parlais peu d’elle à l’époque où nous nous fréquentions, après l’université, mais nous Continuer la lecture #L10 | Mon double, mon ombre

#L7 | Tant de nuits

Nos jeunesses ébauchéesLe reste de nos viesSi loin de moi Tant de nuits, Alain Bashung Dans la remise en question de la première phrase, du premier texte, le doute qu’il soulève dans le récit, se situe tout l’enjeu du texte Continuer la lecture #L7 | Tant de nuits

#L6/ Seul(e) et le monde

Parfois la box déconne, le wifi se bloque, la connexion débloque, l’ordinateur raccroche. Ça n’arrive pas souvent, mais cette rareté-même fait perdre la patience. On s’énerve tout seul devant son écran, on agace son clavier de pressions rapides et saccadées, Continuer la lecture #L6/ Seul(e) et le monde

#L6 | Seule, la renarde rouge

On me demande : où as-tu couru ces dernières nuits ? On me demande : depuis combien de temps veilles-tu sur les créatures du monde ? On ne demande : mais qu’as-tu fait hier de la multitude des secondes qui ont fait frémir ta fourrure Continuer la lecture #L6 | Seule, la renarde rouge

#P6 Effleurer à rebrousse-poil

La lame du cutter sur la ligne noire au crayon guidée par la règle en plastique blanc. L’épaisseur du papier aquarelle qui résiste oblige le cutter à refaire le même trajet, de gauche à droite. Il faut mettre le corps Continuer la lecture #P6 Effleurer à rebrousse-poil

#L6 | Le temps de parcourir une solitude

Je voulais m’en assurer, j’ai profité d’une partie de quelque chose pour me glisser par la porte de la cuisine. Il est facile d’entrer. Se promener en intérieur quand elles s’imaginent seules. Prendre mon temps. Préférer les endroits sombres, frais Continuer la lecture #L6 | Le temps de parcourir une solitude

#L6 | La dérision de vivre comme un mot entre parenthèses

L’homme Réveil difficile. Il s’est endormi de longue lutte, nuit agitée de rêves aux images insoutenables, d’une violence rare. Il se réveille en sursaut avec l’impression désagréable de s’être assoupi quelques minutes plus tôt, tendu, la nuque raide, les membres Continuer la lecture #L6 | La dérision de vivre comme un mot entre parenthèses

#P6 | Seul en scène

Dimanche : Promenade au parc des Guilands. Situé en rupture de plateau, entre Bagnolet et Montreuil, le parc domine le sud-ouest de la région parisienne en offrant de très beaux panoramas sur la ville en contrebas ainsi que sur le Continuer la lecture #P6 | Seul en scène

#P6 | Mises de côté

Journal Des images et sensations écartées du reste, mises de côté par l’invocation “souviens-toi”. Lundi Plus tard, dans le sommeil impossible. Un doute étreint les genoux qui claquent ; je me redresse pour écrire, pour mettre en mot, est-ce que l’eau Continuer la lecture #P6 | Mises de côté