dialogue #03 | Eh quoi, café ?

C’est étrange d’être attablé dans un café familier en compagnie de quelqu’un qu’on ne connaît pas. _ D’habitude, le café est bon. _ Ah, tant mieux. _ Je me suis dit que ce serait un bon endroit pour parler un peu. _ Bon… C’est étrange de venir pour la première fois dans un café, en plus en compagnie de quelqu’un Continuer la lecturedialogue #03 | Eh quoi, café ?

dialogue #01 | comme d’hab

Comme après chaque rendez-vous d’éditeur, je me trouve rejeté sur le coin d’une table de café et pour comprendre tous les soulevés-relâchés que je subis, il faut tenter de reconstituer ce qui vient de se passer l’heure d’avant, dans le bureau de l’éditeur, comme toujours. Cela mériterait-il d’être écrit, une sorte d’appendice de moi-même, manuscrit de fiction ? Tout au plus Continuer la lecturedialogue #01 | comme d’hab

dialogue #01 | dialogue sans dialogue

ils sont assis l’un à côté de l’autre à l’avant d’une voiture stationnée sur le bas côté d’une route de campagne, elle est à la place du conducteur; il se cramponne à la poignée de la porte et en même temps son corps s’incline vers elle, tout tendu vers elle, il la hume, il la dévore des yeux; elle, stoïque, Continuer la lecturedialogue #01 | dialogue sans dialogue

dialogues #02 | ouh Garonne

De ma fenêtre, je participe à la vie de l’écluse. Mais toujours un peu avant, je cherche entre les feuilles des platanes, déjà trop étouffantes pour la vue, je cherche la couleur de l’eau de ce matin. J’entends alors Garonne s’exclamer : (N’est-ce pas l’heure où je suis la plus belle en cette saison?) Il est vrai qu’apparaissent entre les terminaisons Continuer la lecturedialogues #02 | ouh Garonne

dialogue #04 | vous n’oublierez pas

Nuit. Nuit noire. Une tombe. Vous êtes morte et dans cette tombe rien, non rien ne vous reliera plus jamais aux humains. Et ce que vous étiez alors dans ce corps, un corps parfois encombrant, vous ne l’oublierez pas. Vous n’oublierez pas la façon dont vous êtes lentement entrés en contact, l’apprentissage de sa présence, l’apprivoisement de l’absence de l’esprit. Continuer la lecturedialogue #04 | vous n’oublierez pas

#40jours #prologue | retour amont comme les saumons

Voix d’encre quand je l’ai revue ma VILLE natale. ELLE ne m’a pas reconnue. je lui ai souri avec indulgence. NÎMES, ma Gardoise je l’ai gardée sur mes papiers d’identité … ⁝ Tu veux que je t’en dise un peu plus ? Oui, parce que si tu commences à faire ton elliptique genre poète-qui-passe -à -la -ligne ça ne va Continuer la lecture#40jours #prologue | retour amont comme les saumons

transversales #06 | Vivre dans les plis

Qui a perdu ? C’est l’étrange question que j’aime poser parfois, alors qu’elle n’a pas lieu d’être, n’étant soutenue par aucun contexte (un match, une course, un combat par exemple). Forcément, elle décontenance. Mais qu’est-ce qui m’amène, au fond, à poser la question ? Pourquoi ce désir, soudain, de décontenancer par ce genre de question sans réponse, vide ? Et quel est le Continuer la lecturetransversales #06 | Vivre dans les plis

dialogue #05 | Aube

Camille jaillit dans le couloir. De la verrière du jardin, un oiseau qui chantait, s’échappe, affolé, par un carreau brisé. Elle s’immobilise. Au dehors, le jardin baigne dans la lumière pâle du jour naissant. Sur une chaise accotée au rosier blanc elle croit distinguer une silhouette Son sourire s’estompe pour faire place à une ombre à peine visible. La nuit Continuer la lecturedialogue #05 | Aube

dialogue #05 | cordulie arctique

— Vous êtes chez moi, vous et tout vot’ bazar là ! — Bonjour. C’est chez vous ici ? quelle chance ! Vous avez une espèce de libellule très rares, la cordulie arctique, c’est elle que j’essaye de photographier, là, dans les hautes herbes. Si vous vous approchez vous la verrez. — J’en ai rien à faire de votre bestiole, tout ce que Continuer la lecturedialogue #05 | cordulie arctique

dialogues #04 | au fil du temps

Vous me raconterez les jours et les nuits de ce jardin. Vous décrirez les boutons de rose, respirerez le jasmin, devinerez les hortensias derrière le timbre de pierre. Vous me parlerez. Vous craindrez d’oublier un détail.Racontez-moi tout ce dont vous vous souvenez.Vous bercerez la nuit de votre voix grêle comme un souffle de vent frôlerait les feuillages. Vous penserez que Continuer la lecturedialogues #04 | au fil du temps