#été2023 #02 bis | Jokari

Elle a seize ans. Et vient de rencontrer une maman d’un enfant absent ce jeudi. Très bon échange, elle est heureuse. Tous les jeudis, elle va dans la salle paroissiale rassembler les p’tits gars de dix ans pour l’après-midi. Elle a des ailes. La longue rue Emile Littré elle la connait par cœur, ses grands-parents habitent deux cent mètres plus Continuer la lecture#été2023 #02 bis | Jokari

#été2023 #02bis | on y voit les saisons

La rue Niki de St Phalle est la dernière de sa tournée. Pour lui c’est une côte. Il l’attaque la sacoche allégée. Il ne lui reste à délivrer qu’un magazine pour le numéro un, une lettre des impôts pour le trois, et une lettre recommandée pour le cinq. C’est une rue qu’il apprécie, bordée d’un côté par quelques immeubles anciens Continuer la lecture#été2023 #02bis | on y voit les saisons

#été2023 #02bis | rue

Je suis partie tôt ce matin. En restant dans la même région d’Ile de France, de banlieue à banlieue, je me suis éloignée progressivement de ce lieu de naissance et le trajet s’est complexifié. D’un unique changement à Nation, il s’est métamorphosé en une succession de transferts entre un tram, un bus, un métro et un rer. Le changement de Continuer la lecture#été2023 #02bis | rue

#Eté2023 #02Bis Rue Guillon Lethière

J’aurais pu tout aussi bien être projetée par un ouragan hors des côtes de l’Afrique de l’ouest pour arriver, pile, dans la case de ma mère, bordée de sandragon, de verveine blanche, de citronnelle et d’aloe vera. J’aurais 4 ans et ma soeur se moquerait de moi parce que j’aurais mis dans ma culotte (seulement parce que je n’avais pas Continuer la lecture#Eté2023 #02Bis Rue Guillon Lethière

#été2023 #02 | Rue des putes

Des plaques de couleurs découpaient l’espace blanc du hall d’entrée de l’hôtel. Le jaune d’œuf d’un mur troué en son milieu, en forme d’arcade pour donner à voir deux petites tables rondes et noires, nues et leur deux chaises assorties pour le petit-déjeuner. Le rouge pour le mur du fond devant lequel je me tiendrai dans quelques heures avec un Continuer la lecture#été2023 #02 | Rue des putes

#technique #7 choses vues

Champ de Colza à l’assaut du vitrage ; un visage fait tâche. Champ de labour enclos de vert. Route cheval et machine agricole à long cou. Armée de meules emmaillotées de rose. Loin collines. Le ciel prend courbes. La vitesse ne se voit pas. Route grise qui se réplique et taille un bout de route; un nuage ne veut pas sortir Continuer la lecture#technique #7 choses vues

carnets individuels | Nathalie Holt (un possible journal)

J40(chantier en cours)Chaque matin et sans avoir parlé avant Dans un espace protégé avec ou sans rideauChaque matin même si rien. Même une phraseÀ l’aube (trouve ton heure ton aube ton jour ta nuit)Mais chaque matin longtemps, avec le même outil (Mac Book air 13 pouces 2014), une feuille et un crayon Sans musique (sauf exception en boucle)Avec ce qui Continuer la lecturecarnets individuels | Nathalie Holt (un possible journal)

#photofictions # 06 | vignettes

La nuit, cinq-heure-trente ce matin dans le TER de la J. Les quatre d’une vingtaine d’années sur les banquettes, leurs parkas pneumatiques. Les tresses montées en décor ; jambes dévêtues, sombres, mates, longues; celle qui pose ses baskets sur la banquette et qui s’étire, le nez retroussé et le menton prognathe: l’iris pupille invective. Le temps d’échanger un regard elles Continuer la lecture#photofictions # 06 | vignettes

#photofictions #02 (3) | L’effacement (notes de)

Il suffit d’appuyer à plusieurs reprises sur la flèche  et de choisir la fonction sur l’écran. Tu appuies. L’icône de poubelle oscille. Formater ou lieu de basculer. Il est trop tard. Une pression, une seule et les images source disparaissent. Une centaine. Des virtualités: rues, parking, paysages… quelqu’un. Restaurer mentalement ce qui est passé devant le regard et a fait image: Continuer la lecture#photofictions #02 (3) | L’effacement (notes de)

#40 jours #39 | en car et traverser ou sans 4L

L’autocar des vendredis, un Citroën rouge et blanc que nous prenions avec elle porte Maillot — j’aime ces roues de car ou de tracteur qui sont aux roues de voiture ce que le cheval de trait est au cheval de course. Comment te retrouvions nous ? tu venais nous chercher à la sortie de l’école ? Elle avait des cabas pleins, chouquettes, Continuer la lecture#40 jours #39 | en car et traverser ou sans 4L