Kiosque

Il s’agissait d’un kiosque. un simple kiosque au milieu d’une place banale. Il était composé de 8 fines colonnes noir qui s’élevait a quelque mettre du sol et soutenait son toit triangulaire de couleur verte. les quelque marche en brique qui menait a son centre étaient veillottes comme réduites par des années a soutenir le poids des passages. en son centre une fissure dans la pierre séparait en deux parties le kiosque. Je n’ose imaginé tout ce qu’a pu voir cette endroit. Des demande en mariage de personne trouvant le lieu charmant et agréable, ou a l’inverse une personne ayant demander une rupture dans un endroit plus neutre. Peut être même les moments câlin de certain couple comme ma déclaration d’amour si inattendu pour elle comme pour moi. la violence entre deux jeunes un peu éméché a la sortie d’une boite de nuit un samedi soir. Tant de chose qui sont caché des habitant alors même que le kiosque est en place centrale de le ville en face de la mairie.

5 commentaires à propos de “Kiosque”

  1. Hypothèse n°1 : Peut-être même que le kiosque voit et retient tout ce qu’il voit ! Un jour il se rebellera contre nous, utilisant chaque moment censé être discret que nous avons eu ici, la promenade avec la première copine d’enfance, les touristes prenant des photos rigolotes, les passages des couches-tard dans la nuit noire et des lèves-tôt dès l’aube. Il les utilisera pour s’effondrer métaphoriquement sur nous, et ne plus jamais avoir à nous supporter.

  2. Hypothèse n°2 : Et si ce kiosque était détruit ? Où iraient tous ces gens ? Où se réfugieront les secrets, les souvenirs de la ville ? Sans ce temple des secrets, ce protecteur des amoureux, ce juge des violences, tout volerait en éclat comme ce kiosque sous les coups du bulldozer…

  3. hypothèse n°3: Ce kiosque c’était comme un peu comme un album photos, père de tous les instants gravés, inoubliables et on en vient même à développer une sorte d’affection pour ces endroits ou ces objets qui illustrent le bonheur qu’on a vécu et dont on leur fait part.

  4. Hypothèse 34 : Un jour sûrement, alors qu’habituellement ce lieu sert de refuse pour le éviter le pluie, de lieu de rendez-vous, ou encore de lieu de rassemblement entre amis. Il fut seul, avec ces pierres. Elles aussi était seule. Elles est venue avec son ennuie et sa maladresse et a regardé le kiosque et elle n’a pas vu le trou d’évacuation d’eau, alors elle est tombée et s’est fait une entorse. Elle a eu mal.

  5. Hypothèse 54 : celui-ci, il prétendait vivre seul. Celui-ci, il avait prétendu ignorer tout cela, rester seul, agir seul, même pas parler, ou frayer, ou partager les soirées, la moindre solidarité. Non, rien, seul de chez seul. On dit que le petit renflement de terre, là-bas, au bout du si joli parc en pente douce, si propice aux échanges romantiques, et où les fleurs semblent plus grasse, n’est pas indépendant de sa brusque disparition. Qu’on trouverait peut-être des choses, en creusant.

Laisser un commentaire