celle qui oublie

celle qui oublie celle qui fut une incroyable manivelle d’entorses et de pâmoisons diverses qu’on a parfois réprimandée à la baguette et parfois exemptée celle qui préférait l’artificielle pestilence plutôt que la trop naturelle des cul-terreux celle qui une fois autre aimait les croyances humaines celle qui une fois dernière pouvait penser j’existe celle qui usagère noctambule de la pompe du puit les nuits d’amour celle qui au dernier instant alla saison des moisons celle qui nourrissait le canard de grains de maïs celle qui oublie sa dernière heure était longue celle qui préféra l’accident de voiture celle qui au ciel au dessus des champs vouvoyait le monde par politesse celle qui de sa dureté d’antan en mourant laissait tout s’effondrer ce qu’elle n’avait jamais su retenir celle qui l’aube s’exerçant affirmait encore dans la maison la naissance des bébés celle qui confiait à certains que les femmes d’aujourd’hui étaient des putains celle battue ensorcelante de douceur qu’on retrouvait après tant de haine celle qui celle qui ne réussirait pas à dire tout ce qu’elle pointe du doigt comme quelque chose à honorer pour la vie entière celle qui comprit très tôt et très vite l’immensité du ciel celle qui s’agenouilla souvent dans la petite église celle qui dort étrange comme le silence d’une parole celle qui s’adosse à une réalité grossière pour mieux la cacher de son corps surhumain celle qui ne su jamais comment faire avec le bébé d’une autre celle qui putain atteignit la puissance par des cuisines savantes de langues et de cuisses celle qui s’arrangea un peu pour placer ses secrets dans l’oubli celle pour qui des galanteries fécondes eurent raison très fort des bonnes manières celle qui l’origine exhibée se désola celle qui fut nombreuse celle qui fit un bouquet celle qui songeait à se reposer celle qui songeait à toute autre chose quand elle arrachait la peau des lapins d’un coup sec celle qui fut triste

A propos de Michel Nonhnon

Bonjour à celui qui lit bonjour

2 commentaires à propos de “celle qui oublie”

Laisser un commentaire