Derniers jours d’août

derniers jours d’août                enroulés dans l’épaisseur                 de la même période                 des années passées                même lumière suspendue                 retenue                 dans le bol renversé                de l’acmé estival                 tôt le matin et dans le soir                 le soleil agit comme un pinceau                poudreuse lumière approchant les contours du monde                quelque chose attend                 et n’attend pas                 de soi et du dehors                un équilibre des plateaux                 les champs jaunes               la paille en ballots arrondis                l’effervescence un après midi                des hirondelles                 soudain nombreuses sur les fils                 tensions dans l’ajustement de leur réunion                les sages déjà immobiles                 les énervées cherchent leur place                 l’aigu de leurs cris réunis fait nuage                ne troue plus d’un jet le ciel                 savoir qu’elles se préparent au grand vol                 le lendemain                 le ciel est vide                 ou presque                 des attardées trissent encore                 derniers jours d’août                 le fleuve s’est retiré bas                dans ses jupes de sables                 rien ne se hâte                tout est plein                 c’est au dedans                l’alarme sociale                « prépare-toi »                une obligation de rentrée                 à écarter               se lever tôt pour rien                 juste le gout du café bu                dehors sur la cale                où respirer la poudreuse clarté                 mêlée à la fraîcheur de l’eau                 aux bandes de mouettes en pointillé sur la rive d’en face                 les quatre cygnes                deux en sentinelle                 deux broutant les algues                un cormoran bonhomme                 immobile sur l’épi                 les ailes à sécher étendues                se détourner de l’horloge                 écouter battre le pouls                 pulsation en orbes closes                 se réunir                suspendue

A propos de #pomme

Dans la dite « vraie vie », #pomme a pratiqué : des chronique web, de la médiation de rencontres littéraires a longtemps animé des ateliers d’écriture, le fait encore parfois dans d’autres vies elle a été lectrice en maison d’édition, pigiste, « rewritingueuse », coordinatrice d’évènements littéraires ou culturels, a même bossé dans la com’ elle intervient de plus en plus dans l’enseignement dit supérieur, pour accompagner la pratique de l’écriture et/ou la lecture de textes littéraires

2 commentaires à propos de “Derniers jours d’août”

  1. Merveilleuse ankylose de l’été quand il a fait son plein !
    Merci à vous.

  2. On est dans cette fin d’été épaisse où “rien ne se hâte” jamais et comme un tambour lointain les pulsations de “l’alarme sociale ” de la rentrée, comme si la nature résistait à la bascule… et puis toujours ces fortes trouvailles “enroulés dans l’épaisseur”, les “jupes de sables” du fleuve ; toute la délicatesse d’une aquarelle, un vrai plaisir de lecture !