Le violoncelle oublié

Un violoncelle          posé là          silencieux          fondu dans le décor         pauvre carcasse abandonnée au néant         condamné au mutisme          toute musique abolie                  ravalée        avortée         ses quatre cordes inertes        son archet endormi              il gît là          en haut de l’armoire          dans son étui/linceul         il se tait         solitaire et taciturne         son imposant silence         emplit la pièce                 d’un nuage sombre         comme une valse triste         que nulle oreille n’entendra jamais          il attend         espère peut-être        et rêve          qu’une main experte          le sorte de son long sommeil     pour que la vie résonne à nouveau          que l’air vibre et s’enchante de sa voix chaude et puissante          que souffle enfin la mélodie radieuse du printemps ressuscité.

A propos de Laurence B.

Arrivée à l’écriture par des chemins détournés, j’aimerais pouvoir m’engager sur cette voie avec plus de constance. Malheureusement le temps manque trop souvent et la discipline