#photofictions #4 | avant de reprendre la route

Dans le non-lieu d’un parking, sous un ciel qui ne sait s’il est gris ou bleu mourant, il y a ta couronne aussi souplement frisée que dans ton enfance, ces boucles dynamiques qui maintenant sont blanches, et puis toi. Ce gilet matelassé noir qui dit la dame campagnarde, sur un confortable et vieux chandail de cachemire rose clair, l’épaule un peu remontée pour plaquer un téléphone à ton oreille, l’autre descendant légèrement dans le laisser aller, puisque rien ne compte que l’appareil, un léger ploiement pour accompagner la tête penchée qui regarde le rien un peu au dessus du sol, une ébauche de mouvement d’éloignement de celle qui t’attend, freinée par la douleur familière qui instinctivement contraint ton ancienne souplesse à la stricte efficacité. Mais tout en toi indique le retrait, comme nous le faisions en tenant un téléphone fixe dans une pièce, nous détournant pour indiquer que nous sommes entrés dans un autre univers, là bas, au bout du fil. Ton menton s’enfonce dans une écharpe de coton imprimé d’un camaïeu de fleurs roses, tes lèvres au dessus écoutent, avec une inquiétude tendre qui prépare le mot d’apaisement et les instructions, tes lunettes s’accrochent sur le bout de ton nez, sous les paupières presque fermées sur la douceur verte de tes yeux, trois petites rides dominent ton nez, perpendiculaires à celles que l’attention pose sur ton front incliné. Ta main levée replie ses doigts portant alliance et petite bague sur l’appareil et le cordon blanc qui permet de le récupérer facilement dans le petit sac en bandoulière de deux tons de rouge éteint posé sur ton ventre, les doigts de l’autre main, un peu crispés dans leur abandon par l’attention que tu portes à la voix venue d’ailleurs, montrent la flétrissure qui est notre lot maintenant. Et tu es belle, toujours.

La photo existe mais ne sera pas montrée d’avantage que par ces lignes, de peu de voir les yeux verts devenir noirs (avec raison)

A propos de Brigitte Célérier

une des légendes du blog au quotidien, nous sommes très honorés de sa présence ici – à suivre notamment, dans sa ville d'Avignon, au moment du festival...

19 commentaires à propos de “#photofictions #4 | avant de reprendre la route”

Laisser un commentaire