vers écrire/film #3

non, mais s’il fallait tout raconter on n’en finirait jamais
commencement, on n’a pas besoin de réveil, il est cinq heures et quart ou moins le quart, ça ne fait rien, café peut-être boire pisser – ou l’inverse – passer les habits rapidement – les lunettes où sont les lunettes
on ne va pas tout écrire non plus on n’en finirait plus on ne peut pas tout dire c’est déjà trop
jus de fruit morceau de pain, sous tension, mot de passe (lol) ouvrir lancer écrire détruire lire lancer ouvrir fermer
la cafetière est petite et rouge, elle souffle, penser à changer le joint – sucre cuillère grande tasse, la poser le tapis de souris qui ne montre que des sourires
je me demande bien où j’ai pu me procurer cette horreur
froid passer un autre pull faire attention à l’électricité – dans la fenêtre de la cuisine au loin, la lumière du cinquième étage est allumée, il est passé six heures, sinon on ne voit que celle du salon, un téléviseur sûrement toujours la nuit allumé
commencement par lire encore, ouvrir fermer ouvrir chercher répondre – écrire un peu lire écrire un peu lire – puis lire encore, le consul et son Yvonne de femme, des choses dans ce genre se souvenir des belles choses

il fait jour le monde se réveille

il se pourrait qu’on aille à la boulangerie d’en bas acheter des croissants peut-être – la mendiante devant la porte bonjour monsieur bonjour madame – une couverture sur elle assise sur son petit tabouret (on sait qu’il est bleu) adossée au poteau du signal piéton – un accent quelque chose, anorak passé foncé un fichu sous une capuche autour des cheveux – bonjour monsieur bonjour madame – baguette croissants payés avec la carte restaurant – au pied de l’arrêt de bus un autre vieillard tend la main, masqué (l’autre ne l’est pas) (ou peut-être bien que si) ses yeux pleurent, tout à l’heure quand il marchera on verra qu’il boîte, pauvres rides au front anorak chapka usagée l’autre main dans la poche, je lui fais signe de la tête, oui je l’ai vu non j’ai pas de rond, il n’est pas neuf heures
c’est dimanche
le froid
un autre café ouvrir lire écrire écrire encore et lire – un café – sur le métier se trouve vivre – programmé pour publication le jour de mes quatorze lustres – l’ordre des chapitres est assez aléatoire, numéroter pour faire quelque chose – reprendre – relire barrer, corriger, relire rétablir changer couper – chercher – lire et boire
longuement
lire encore

Considérer l’agonie des roses. Cette merveille
comment s’appelait-elle, cette fleuriste de la rue du Bac qui avait tatouées au cou derrière l’oreille droite quelques petites étoiles qui marquaient un chemin descendant vers le creux entre les épaules ? on dit des branches pour la figuration de ces astres comme aux arbres – elles en portaient cinq pas en ligne, en chemin – un jour passant sur la place Maubert (là où vivait la mère de Marc Augé) je l’ai revue, jeune femme brune cheveux courts à la Louise Brooks, presque en face de cette quincaillerie disparue, héroïne cette quincaillerie de ce film qui s’appelait “soixante-huit, mon père et les clous”
si on allait au marché ? Non ? Non, mais moi j’y vais – je me souviens dans le temps c’était à Aligre la fromagère avait aux joues un rose comme normand, la poissonnière aussi sa voix de stentor, sous la halle le tripier ou la tripière le baron rouge et le vin à la tirette – fruits et légumes, le poissonnier d’ici est tenu par des repris de justice tatouages trois points barbalakon chignons peut-être bonnet noir tablier jaune – ou des types qui y ressemblent – du genre à poser sur la bouche des maxs en forme de drapeaux français – passer son chemin, un morceau de colin, neuf cents grammes « non je voudrais la moitié » ah non on ne vend que le morceau – ah – fuckoff – je vais voir ailleurs, le prix est double ailleurs, des oignons deux têtes d’ail un kilo de charlotte, persil ciboulette, cinq mandarines plus une poire comice – un morceau de parmesan plus un autre de provolone, ah par carte c’est quinze minimum, « y’en a pas pour quinze quand même ? » non, onze – pfff – je peste, je paye tant pis je vais aller prendre le morceau entier, le poissonnier m’ignore, une fois deux fois trois fois, je m’en vais – chez le boulanger une gauloise – je rentre
le froid
un rond au vieillard mec qui appuyé à l’arrêt de bus pleure des yeux, il se met en marche, descend vers le carrefour
lire écouter entendre voir parler – écrire appeler écrire encore – je fais cuire des pâtes hein – une salade (ah oui, j’ai oublié deux salades aussi avec les fruits), la laver la laver dans une autre eau, l’essorer, la sauce moutarde/vinaigre/huile d’olive – qui mange ? deux cents grammes de spaghettis ça en fait combien à ton idée ? – quelle heure est-il… on va toujours au ciné ? – à la radio on annonce – remuer avoir déjà salé l’eau – découper émincer comment on dit déjà pour la ciboulette ? cisailler ? je ne sais plus – tu mets la table ? manger puis vaisselle tandis que le café passe – lire encore à nouveau, un petit message de service – repenser à cette histoire en train de s’écrire commencée il y a deux ou trois ans, il faut t’astreindre à faire des phrases mon petit mon ami mon frère – non il n’y a pas de soleil, le gris, le brouillard presque

est-ce qu’on a marché jusqu’à la station directe en métro, je ne sais plus – non, Clignancourt-Orléans qui ne s’appelle plus comme ça mais quatre est fermée pour cette saloperie de robot – la salle est sur l’autre rive, on a été jusqu’au terminus, là on est sortis par celle qui donne devant le café, sur le côté – là le jour d’avant Noël, celui du réveillon, vers dix heures m’attendait cette dame que je ne connaissais pas, blonde cheveu court comme sur la photo de carte, elle avait un peu de Nicole Gracia dans son sourire, née le même jour mais dix ans avant peut-être que mon ami sanaryote – un manteau doublé de fourrure, « oh c’est merveilleux… ! » dit-elle ensuite, quand je lui eus rendu son portefeuille de cuir rouge – puis on a traversé, passé le bras de fleuve suivi le chemin bordé de barrières métalliques, laissé le Soleil d’Or sur la gauche l’autre bras du fleuve, sur la droite le quai des Orfèvres puis plus loin le cinéma
un film
retour par le même chemin – le froid – le fleuve dans les verts clairs marrons – le métro bondé de masqués, l’épicerie éclairée, ouverte, dimanche soir – s’il manque quelque chose, on rachète du pain ? Il en reste ? Ce genre de question sous la casquette, les mains fermées dans les poches – et puis comme il fait nuit prendre ton bras

A propos de Piero Cohen-Hadria

la bio ça peut-être là : https://www.tierslivre.net/revue/spip.php?article625#nb10 et le site plutôt là : http://www.pendantleweekend.net/

6 commentaires à propos de “vers écrire/film #3”

  1. elle avait un peu de Nicole Gracia dans son sourire. Dans le paragraphe que tu as bien aimé dans le texte petits bruits du monde, eh bien la femme seule, c’est Nicole Garcia dans Royan.
    Sait-on jamais avec le hasard ? Oh… Paris est grand vous savez…

  2. ça aurait pu s’arrêter là “il fait jour le monde se réveille” dans cette tension sans ponctuation, ces deux éléments qui résonnent l’un avec l’autre
    car oui, déjà contenu dans ton premier bloc (pas tout à fait bloc d’ailleurs) une réponse à la proposition
    et puis après tu es parti avec tout plein de virgules et de tirets (?)
    je sais, tu aimes le long !
    (j’ai tout de même été vérifier si c’était bien la #3 !!)

  3. Entre écrire- lire… écrire… cette fenêtre qui luit. Par ici c’est une lumière bleue aquarium qui se suspend au noirs de l’aube. Lire ecrire : croissant et ou pâtes (200gr c’est pas tellement)… les silhouettes que l’on croise ici sont tellement vivantes à les prendre par le bras . Aimé cette balade d’un jour

Laisser un commentaire