Vitres et tunnels

Aquarium 1 

Zoom sur fenêtre immense, à hauteur d’immeuble, quadrillée de métal, parcourue d’échelles et de coursives, armature métallique en surplomb, contre-jour, vue sur l’immeuble d’en face tout en fenêtres sombres, reflets, façade terne éclaboussée de lumière, le quadrillage s’allège, bout de ciel qui appelle à l’évasion, les échelles sont là, tout est prévu, reste à trouver l’ouverture.

Aquarium 2

Plongée dans chemin de fer au cœur de la ville, rails coupées par un mur et un bâtiment en forme de paquebot qui font écran, pylônes, poteaux de signalisation, câbles qui se fondent et se perdent, on dirait qu’ils s’entremêlent, sur la gauche d’anciennes petites maisons doublement écrasées par un bâtiment noir et un immeuble de verre, des escaliers qui descendent dans la rue, sur la droite des arbres rabougris, une fin de quai propre, nette, sans traces, même pas d’humain qui pourrait le fouler, ah oui, moi qui pivote à 180°.

Aquarium 3

Le tunnel béant fait front comme un bloc, obscurité épaisse, gluante, il absorbe le train qui contient les gens qui contiennent la ville dans leur tête puisqu’elle disparaît à leurs yeux, ils savent, ou pas, qu’au-dessus d’elle se dresse un ensemble immeubles gris-beige, joyau de l’art-déco, une ville dans la ville à plusieurs étages, que lui fait face un immeuble tout en verre qui en avale le reflet, on ne sait s’il y a des gens derrière les fenêtres et moi, je ne suis pas emmenée, je suis sur le quai, j’ai le temps de prendre un instantané.

Aquarium 4

Zoom sur l’arrivée du train dans la multi-station, il est à la fois au-dessus du sol sur un pont de béton et en-dessous du sol, il glisse par dessus des gens qui l’ignorent lui et son bruit de ferraille et de freins, ils sont dans le monde virtuel de leur téléphone, sur le quai du métro,  les enchevêtrements de câbles ont fait place aux enchevêtrements de béton, enchevêtrement des niveaux, des voies, des allées, des mondes qui s’entrecroisent et que j’observe à travers la paroi vitrée.

Aquarium 5

Je descends encore d’un niveau, quai du métro, impossible de descendre plus bas, encore des rails qui s’engouffrent dans trou béant, cette fois je me laisserai emmener mais pour l’instant, verticale, debout parmi les haut murs derrière moi, les énormes colonnes de béton, le pont du train, l’ascenseur qui bat pavillon européen, la plateforme qui surplombe l’entrée du tunnel où je me tenais derrière la paroi de verre, j’attends.

A propos de Catherine K.

Mon nom complet est Catherine Koeckx (prononcer Kouks). Aquarelliste et traductrice (accessoirement fonctionnaire en vacance), je développe en ce moment mon propre atelier de créativité artistique/art-thérapie qui s'ouvrira fin septembre. J'ai publié le Guide lovecraftien de Providence (@guide_lovecraftien_providence) en janvier 2021 (disponible sur Amazon.fr) et travaille également à la traduction du Guide en anglais. Citadine depuis toujours mais avide de nature et de grands espaces que je partage par la photo ou l’aquarelle (www.catherinekoeckx.be), je suis aussi passionnée par la ville (@bruxelles_autrement). Bruxelles mais pas que...