Affinité pour l’enquête

Hypothèse 1

Un récit s’ébauche à partir de l’émergence totalement inattendue d’un souvenir du sol de la clinique où elle a vu le jour et, avec ce sol pour point central, il évolue sous la forme d’une enquête sur le bâtiment de la clinique, son passé avant cette naissance, son devenir après jusqu’à aujourd’hui. Cette enquête se construit par accumulation de souvenirs, de recherches, de photos anciennes et récentes, de promenades dans le quartier et de réflexions liées au fait qu’elle a presque toujours gravité dans ce quartier jusqu’à aujourd’hui où elle a son lieu de travail non loin de là.

Hypothèse 2

Une des fenêtres de l’enfance, comme un grand voile blanc entre elle et le dehors, la lumière qu’il laisse passer,  serait  une invite à explorer, sous la forme d’un recueil de textes, le rapport que l’on (elle) peut avoir aux fenêtres, ce sur quoi elles ouvrent et ce sur quoi elles ferment, le jeu subtil des reflets et de la transparence. Ces textes s’inspireraient d’une série de photos personnelles.

Hypothèse 3

Un recueil de textes mettrait en vis-à-vis l’exploration en 3D de la ville avec ses couleurs, ses reliefs, ses strates et celle de lieux du passé dont la mémoire ne conserve parfois que des images imprécises, pareilles à de vieilles photos noir et blanc un peu délavées.

Hypothèse 4

Dans une maison oubliée, un long couloir, dont elle a seulement aperçu l’amorce et qu’elle n’a pas pu explorer, immensément long dans son imaginaire souvenir, mène à des infinis, des possibles d’une vie qui se serait déroulée dans cette maison, des mondes dont on ne sait s’ils sont réels ou rêvés. Des recherches sur cette maison, sur la vieille dame qui l’a occupée à l’époque, dont elle ne connaît que le nom, permettraient  l’accumulation d’éléments objectifs qui viendraient se confronter à son imaginaire de la narratrice et combler les creux et les sillons de l’oubli.

A propos de Catherine K.

Mon nom complet est Catherine Koeckx (prononcer Kouks). Aquarelliste et traductrice (accessoirement fonctionnaire en vacance), je développe en ce moment mon propre atelier de créativité artistique/art-thérapie qui s'ouvrira fin septembre. J'ai publié le Guide lovecraftien de Providence (@guide_lovecraftien_providence) en janvier 2021 (disponible sur Amazon.fr) et travaille également à la traduction du Guide en anglais. Citadine depuis toujours mais avide de nature et de grands espaces que je partage par la photo ou l’aquarelle (www.catherinekoeckx.be), je suis aussi passionnée par la ville (@bruxelles_autrement). Bruxelles mais pas que...