A propos de Manu De Wit

Passé la cinquantaine. La première, en tout cas. Je vis à Bruxelles. J'écris. Pour gagner ma vie, de la publicité. Pour ma joie, de la poésie et des nouvelles.