d’eau

Chuintements aveugles et humides – tracé délicat du pouce sur le front : la marque d’eau – au bout du sentier (ombres rampantes, griffes de ronces et herbes hautes) un frêle chuchotis : la rivière minuscule. Sa cascade méticuleuse délaisse le rectangle sombre du lavoir, peau d’eau fraîche livrée aux tatouages de savon. Les doigts glacés cerclaient les cuisses nues… – la rive du fleuve, coude large, liquide noir, vase visqueuse entre les orteils, (odeurs molles d’étés moites, enfants lointains traversés de cris) – le goupillon et ses postillons (la croix invisible répétée dans l’air) – un visage inconnu et compassé penché à la vitre : « s’il vous plaît c’est désolant revenez plus tard il faut pomper le caveau, c’est rempli jusqu’à ras-bord. » Dessus on voit flotter les semis de feuilles jaunes, clous ou bien écus, comme dans les contes le trésor au pied des fontaines. Dessous c’est naviguer et c’est l’infini.

8 commentaires à propos de “d’eau”

Laisser un commentaire