#L1 -Résistance artistique

Elle se gare.

Sa vieille caisse de 25 ans a tenu le coup, même le radio cassette n’a pas lâché. Elle se gare entre deux bandes blanches à peine dessinées sur le sol cimenté. Elle vérifie l’adresse, elle ne s’est pas trompée. Elle regarde dans le rétroviseur et voit le ciel et une prison. Devant elle, à travers le pare-brise, un bâtiment sale, vieux, mur de béton, porte vitrée ancienne, l’air de rien. Elle s’extirpe de sa voiture, ses jambes lui font un peu mal, en fait le tour et attrape ses chaussures à talon. Puis enlève ses baskets, enfile les talons, déplie sa robe et prend dans son sac à main, sa brosse pour se recoiffer. Elle a rendez-vous, elle se doit d’être correcte. Elle est en avance et décide d’attendre contre sa voiture. Elle voit d’un côté, la prison. Elle avait regardé sur Internet, c’est là qu’on met les crimes sexuels, prison mixte, dépendances et abus sur mineurs, sur majeurs, des longues peines. C’est grand, c’est gris, c’est quadrillé de barrières et de barbelés. Son coeur se serre en regardant les tee-shirts et les caleçons pendant sur les fenêtres au gré du vent. Elle sait qu’elle va y travailler là-dedans mais ne sait pas comment. Devant elle, un LIDL jaune et rouge. Ira t’-elle faire ses courses là bas ? Elle ne pense pas. Il y a ALDI juste à côté avec ses rayures blanches et bleues. Et deux parkings. Elle a rendez-vous pour venir travailler pendant quelques mois sur ce territoire. Elle avait répondu à l’appel à projet, avait rempli son dossier, avait été acceptée et devait rencontrer le jury, les partenaires publics, les financeurs et convaincre qu’ils avaient fait le bon choix en la choisissant elle. Mais elle, avait-elle fait le bon choix ? se demande t-elle tout en regardant ce qui l’entoure. ça parait encore plus paumé qu’elle se l’était imaginé. Et moche. Béton, prison, supermarchés. Dans sa tête, les pensées se bousculent. “Il était toujours temps de s’en aller, de prétexter un imprévu, un accident, un changement de direction. Oui mais c’est du travail et de l’argent et de l’inconnu et un lieu à conquérir et tout à créer, inventer. Et ça, elle aime ! Tellement…Oui, mais là, ça parait désert et pauvre, si pauvre. Que va t-elle pouvoir faire ? Qui habite ici ? Avec qui travailler et sur quoi ? Y a-il au moins un café ? Un café, c’est toujours bien. ça fait une pause, ça permet de rencontrer. Mais s’il n’y a que des PMU ? ça a bien la gueule de n’y avoir que des PMU. Mais on s’en fout, le plus important, c’est la mission, accomplir la mission, plaire aux gens, les emmener avec elle dans son univers, leur faire découvrir la culture, la lecture, l’écriture. Et puis, elle n’est pas si loin, trois heures de Paris, c’est pas le bout du monde. ça en a bien l’air pourtant ! ça parait si mort que peut-être il n’y a que les prisonniers qui vivent encore ? Mais je déraille complètement marmonne t’elle intérieurement, ça va aller ! Bon qu’est ce qu’ils font ? C’est bientôt l’heure pourtant !“.

Elle se sent raidir, l’inquiétude la guette, doit-elle rester ? Elle a chaud brusquement, ça y est, elle transpire. Passe ses mains sur son visage, noue ses cheveux, essuie les gouttes de sueurs dans le cou et lèche ses doigts. Masse ses poignets, les avant-bras, discrètement le dos, étire ses bras, remue ses pieds et lentement expire. Regarde de nouveau l’heure, encore quelques minutes. Pose son dos contre la voiture et contemple le ciel.

Ici pas d’immeubles, les nuages sont à portée de main, tout est bleu, elle sourit.

Puis se redresse, s’avance vers l’entrée, vérifie son reflet, réajuste ses pensées et tout en affichant son plus beau regard, pousse la porte et entre.

A propos de Clarence Massiani

J'entre au théâtre dès l'adolescence afin de me donner la parole et dire celle des autres. Je m'aventure au cinéma et à la télévision puis explore l'art de la narration et du collectage de la parole- Depuis 25 ans, je donne corps et voix à tous ces mots à travers des performances, spectacles et écritures littéraires. Publie dans la revue Nectart N°11 en juin 2020 : "l'art de collecter la parole et de rendre visible les invisibles" https://www.cairn.info/revue-nectart-2020-2-page-132.htm www.clarencemassiani.com