#L1

La pluie s’abat sur la terrasse et s’évapore. L’appartement écrasé sous vingt-huit étages. Les chaises jaunies, penchées sur le grillage. La lumière passe, le matin. Le grand salon, meubles massifs. Table ovale et toile cirée. Une panière de fruits en plastique — raisins plutôt réalistes. Une robe à fleurs, d’une pièce à l’autre, la cuisine surtout. Un prénom acidulé pour des couches de vernis. Une salle de bain pour des conversations téléphoniques. La pièce du fond, un vélo elliptique, une corde à sauter, un sac de frappes. 

LA SONNERIE RETENTIT. 

La sonnerie ne retentit jamais. Surtout pas un matin. Surtout pas un dimanche. Tartine côté beurre. Une gorge s’obstrue. Une cuillère chute. Un bol s’envole.

LA SONNERIE RE-RETENTIT. 

Ce n’est pas une erreur. Ça sonne bien. Si c’est une erreur, ça sonne une fois. Si ça re-sonne, ça sonne franchement. Une main manucurée s’approche, actionne la porte. Ils se tiennent debout, là, silencieux. Le regard fixe et assuré. Les mains posées sur les hanches. La manucure tombe au sol. Le lait coule entre les lattes.

A propos de Marion Mucciante

Écrire c’est très pratique, notamment pour détourner le réel et faire diversion à la rationalité du monde. Diplômée de l’école nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy et musicienne. Le réel devient de matériau à pétrir, la musique lui donne son rythme et sa tonalité et le langage un médium au même titre que les collègues d’ateliers utilisent du plâtre ou de la plastiline. http://marionmucciante.com/

6 commentaires à propos de “#L1”

Laisser un commentaire