#P4 Comme il vous plaira

Comme il ne faut pas tenter le diable
et ne croire ni à dieu ni à diable en même temps et coûte que coûte
dieu merci
le diable probablement
va au diable mais chemine avec dieu
dieu sait quoi comment pourquoi
recommande ton âme au diable ou à dieu
touche du bois croise les doigts et passe un ange
soyez raisonnable demandez l’impossible
dieu m’en garde
le monde est petit
le hasard souvent fait bien les choses
je fais un vœu
dieu le veut
et que dieu vous garde
ni dieu ni maître
c’est bien le diable au corps, la beauté
au diable l’avarice
à dieu ne plaise et que dieu vous protège
OMG
LOL MDR
WTF OSEF
carrément carrément
un truc de ouf de dingue de guedin de malade
bluffé
du coup en fait voilà
non mais oui ou oui mais non
naan mais attends t’es où
vazy
pas de souci
on va pas se mentir
genre
point barre
basta

en gras quelques unes des paroles d’une chanson (musique : Aznavour) intitulée “Nous nous reverrons un jour ou l’autre” par laquelle le grand Charles terminait (parfois) (sur la fin) son tour de chant – derrière, en fin de chanson (je poserai le lien dès que possible) les chœurs font lalalalala lalala – tandis que le (son) public l’applaudit à tout rompre (en gras ici d’autres subversions que la langue fait à elle-même)

puis ici l’image d’un bisou de J. (qui était de 43) à C. (de 20) tel l’hommage du vice à la vertu ou de la jeunesse au grand âge (on peut admirer les oreillettes de chacun des protagonistes) (la photo doit dater des années 10 du siècle) ou un simple signe d’amour (et tout ça ensemble, évidemment)

cette chanson (paroles Jacques Plante – auteur de beaucoup de chansons pour les yéyés) a été créée par (et écrite pour) Thierry le Luron début 80 (semble-t-il) (cette date correspond avec celle du calendrier du livre à faire – tout comme les titres des livres ou les auteur.es de #L4)

A propos de Piero Cohen-Hadria

la bio ça peut-être là : https://www.tierslivre.net/revue/spip.php?article625#nb10 et le site plutôt là : http://www.pendantleweekend.net/

9 commentaires à propos de “#P4 Comme il vous plaira”

  1. De mon côté, j’aime bien quand on explique, quand on déplie.
    Possible que je comprenne mieux quand on explique moins, mais pas sûre (vais me pencher sur la question, pas trop, car sujette au vertige et puis c’est bientôt l’heure de manger, ah non d’abord on écoute le président, ou peut-être on casserole un peu à la fenêtre, la bande son chante : “Tape sur des tonneaux, sur des pianos/ Sur tout ce que Dieu peut te mettre entre les mains : “https://www.youtube.com/watch?v=lgHGU8gqz9U.), comme y ‘a pas le lien vers la version live d’Aznavour, faut bien mettre une chanson. (Un peu tardive celle-ci, semble-t-il quant au calendrier du livre à faire.)
    Par ailleurs, un peu comme Jérome Salomon, je dénombre, et là j’ai trouvé Robert Desnos et Robert Bresson, avec le Redford de l’autre texte, on est à trois. (“WTF OSEF”).
    Merci Piero.

  2. Rétroliens : hors-série #voix ses chansons – Tiers Livre, explorations écriture

Laisser un commentaire