Introspection sous cri

© Le regard de James

Crier ça n’était pas rien.
Fallu passer par le bleu pour commencer — trop serrée au col, aux cols, le mien par celui de la mère — et par le jaune — compensé, le coup du cou à la réa par un bon bol d’air, façon surdose d’oxygène –. Langer dans le jaune un moment avec ma touffe de cheveux noirs et mes yeux en amandes, la parfaite panoplie du bébé échangé sous l’œil d’une famille de pâles et de l’autre côté d’une de suspicieux peu rigolants quant à l’honneur. Parions que dans ce contexte, je n’avais pas crié bien fort. Ensuite, semble, profil bas jusqu’à la majorité.

Il y a bien eu ces peignées sévères contre le bitume gros grains de la cour de récréation, pendant quelques mois primaires avec l’amour impossible au corps à corps. — Un cancre champion de ski découvrait lui aussi le moyen de m’étreindre trop fort alors que j’étais trop maline et pas assez jolie pour être l’élue de son coeur officiel. À défaut, devenus l’un pour l’autre l’élu de notre corps qui ne faisait plus qu’un couvert de bleus et de noir aux nyeux qui n’en voulaient et dans cet assemblage, il y a la tête et le cœur quoiqu’on en dise comme bêtise.– Râler, grogner dans mon souvenir, respiration coupée sous les coups, mais de cri, toujours pas le mien. Les huées forestières des rabatteurs, les brailles des institutrices, impossible de m’y joindre. Séparée, sans moufter, à la prochaine pour la belle dans un regard mauvais.

Éclater des colères spectaculaires, de grandes marées, de super lunes, seulement à la majorité. Debout sous cette pluie chaude et torrentielle, visage tourné au ciel, pour s’apercevoir, bien trop tard de son acidité tragique. Hurlantes, vociférantes, déflagrantes mes colères, mais hors d’elles le cri me restait en travers de la gorge — passer un col roulé par la tête fallait pas y penser non plus, ni rien de serré, serrée je l’étais déjà, à l’étroit dans moi — et une sinistre rencontre au coin d’un bois noir me fit bien connaître que je ne savais pas encore appeler à l’aide, ni à gorge déployée, ni même en douceur, seulement à moitié, à demi-mots incompréhensibles, martiens.
Succéda une longue convalescence en quête d’invisibilité, moins criante que jamais. Emboîta ce pas le plus léger possible, l’écoute assidue d’opéras. L’écoute et puis l’entente. Le cri s’invita par la porte monumentale trônant au sommet de la volée de marbre, pour ne plus me quitter : grand cautérisateur des plaies silencieuses.

Les oiseaux sont de plus en plus présents ces jours-ci dans le son bleu du ciel sans avions.

A propos de Emmanuelle Cordoliani

Joue, écrit, enseigne, met en scène et raconte des histoires. Elle a été décorée par Beaumarchais ( c'est un raccourci mais pas une usurpation ) et elle travaille avec la même équipe artistique depuis des lustres ( le Café Europa ) ce qui fait sa fierté et sa joie.

2 commentaires à propos de “Introspection sous cri”

Laisser un commentaire