personnage#8, tout Mauvignier en une seule phrase + version ATL été 2017

comme tous les un jour sur trois, emmitouflé dans son parka marron, godillots fourrés aux pieds, casquette épaisse sur le crane, ça lui prend du temps pour se caparaçonner avec ce vent d’hiver qui se charge en froid sur la neige du plateau, il y tient à sa sortie, les retrouve autour de la camionnette, juste pour échanger un mot de saison, acheter le pain, sont même souvent là avant le coup de klaxon intimidé par l’hiver, ce jour-là est pas encore arrivé jusqu’à eux, peut-être s’est senti un peu plus fatigué mais pas tant que pourtant, a dépassé le vieux puits, s’est effondré, pas à cause du gel, à cause de ce qui le déforme depuis le dedans du ventre, les autres le voyant pas se sont dits que pas normal et que ça coûte rien d’aller jeter un œil, ils l’ont vite entouré, lui gisant dans la cour, tout rigide, avec les yeux écarquillés sur le ciel gris, blafard, bas, peut-être il les entend s’agiter tout autour, un part vite téléphoner, un autre a dit y a pas le chat, trop froid aussi, il sent peut-être la veste qui veut le protéger et la casquette récupérée plus bas dans la pente qu’un lui glisse délicat sous la tête, les gars du SAMU, peut-être pour rassurer un peu, disent que dedans ça vit encore, ténu mais ça vit et qu’eux les amis du pain, ils ont bien fait de venir, et eux à répondre qu’il leur a filé cette sacrée frousse, lui se dit peut-être bien que c’est pour la dernière fois qu’il est là dans ses lieux, ses lieux de toute sa vie, il pense peut-être comme c’est étrange d’être couché là sur le dur du sol d’hiver, peut-être même il veut bouger pour regarder une dernière fois mais rien, bloqué dedans lui-même, il sait pourtant à quelques pas, le tilleul pelé par l’hiver, un peu plus haut, les très vieux pruniers tordus et puis le noisetier, encore le vieil abreuvoir en granit clair poli par les mufles, la soue dont l’ombre d’été serait sur lui, il les a peut-être vus tout à l’heure en passant sans les regarder ensuite, avec les tubes, il tient une semaine dans le blanc de l’hôpital, les proches lui parlent tout bas dans son patois, après les examens il entend le médecin dire que généralisé comme c’est, plus utile d’opérer, que quand même ils auraient pu les voir les déformations, les saignements, son teint ou sa fatigue et que le vieil hiver explique pas tout quand même, eux à s’en vouloir mais dignes, c’est comme ça qu’il est parti et

Ma phrase personnage à l’été 2017 : https://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4442#nh39

A propos de Jérôme C.

Un youtube pour les anciens ateliers du Tiers-Livre : https://www.youtube.com/channel/UCffKGYRdhbtBb4vUBqTUK3g et même un vieux wordpress à l'occasion d'encore plus anciens ateliers du Tiers-Livre : https://boutstierslivre.wordpress.com/