propos sur la gueule et sur la gomina

où l’on retrouve konstantin peterzhak et gerogy flyorov . deux physiciens nucléaires . ayant vécu à l’ère soviétique . konstantin peterzhak tenant des propos . au jour le jour . à tout moment de la journée . georgy flyorov les notant scrupuleusement le soir dans sa chambre . les propos de peterzhak tenant alors à son insu dans 38 volumes épais et denses constituant son épopée . son aventure avec le monde . sa façon d’être au monde .

(…)

/ œuvrant quant à lui / coûte que coûte / à faire surgir la gueule / ne jurant que par ça : faire surgir la gueule / passant des fois des heures / le matin / à faire surgir la gueule / la gueule ne surgissant jamais d’elle-même / la gueule s’effaçant dès que pointerait le visage / passant alors des fois des heures / le matin / à essuyer du revers de la main la buée / tout ce qui empêcherait la vue / le surgissement de la gueule / les vapeurs d’eau chaude embuant les miroirs empêchant la vue et la gueule / le surgissement de la gueule / les vapeurs d’eau chaude / quasiment suintantes / embuant les miroirs et ruisselant sur les murs / les carrés de carrelages / proprets et soviétiques / recouvrant les murs / ne parvenant / comme nos peaux nos chevelures et nos dos / ni à sécher ni à sentir le propre / les carrés de carrelage / ultra blancs et soviétiques / comme nos peaux / si claires et soviétiques / ou nos chevelures et nos dos / ayant l’allure du propre / la fière allure du propre / mais ne sentant pas le propre / se donnant de grands airs / en somme / mais ne sentant pas le propre / tant tout cela / l’atmosphère / la salle de douche commune / etc. / manquerait d’air ou d’aération / le manque d’air général / ou d’aération / empêchant / en somme / les êtres et les choses / les êtres et le monde / de respirer / le manque d’air général / ou d’aération / déposant sur les êtres / déposant sur les choses / une mince pellicule liquide affectant nos peaux nos chevelures et nos dos / affectant la peau la chevelure et le dos des choses / nous donnant visage plutôt que gueule / dit-il / comme si / coûte que coûte / il nous fallait masquer la gueule / ou faire comme si elle n’était pas / c’est dingue / dit-il / complètement dingue / non ? / dit-il / hilare / quittant la salle de douche commune les cheveux en bataille / se fichant / une fois de plus / malgré mes réprimandes / de circuler dans le monde en gueule plutôt qu’en visage / comme s’il n’y avait pas des circonstances dans le monde / des événements / où il serait convenable / coûte que coûte / de circuler en visage / comme si aujourd’hui / mercredi 18 décembre / n’était pas un jour à circonstances / comme si aujourd’hui / mercredi 18 décembre / n’était pas un jour à circuler coûte que coûte dans le monde en visage / comme si aujourd’hui / mercredi 18 décembre / n’était pas un jour à contenir la gueule / à l’empêcher de surgir / comme si l’on pouvait tout le temps / tous les jours / œuvrer à faire surgir la gueule / comme s’il ne fallait pas / parfois / taire la gueule / absolument taire la gueule / tant la gueule / tout ce qu’elle aurait à dire / n’ajouterait rien / rien de rien / au monde / tant la gueule / parfois / jetterait comme un froid / nous entravant dans le monde / je dis / passant ma chevelure / une fois de plus / à la gomina / tâchant / aujourd’hui / désespérément / de combattre / désespérément / les épis de ma chevelure à la gomina / comme si aujourd’hui / la réussite d’aujourd’hui / dépendait d’un épi de cheveux combattu à la gomina / comme s’il ne nous serait pas possible / aujourd’hui / de circuler dans le monde sans avoir vaincu / à la gomina / un épi de cheveux en bataille / un épi de cheveux récalcitrant / ridicule / flyorov / tu es ridicule / dit-il encore / tandis qu’il passe la porte / tandis qu’il se rend dans sa chambre /le dos humide / une serviette de bain autour de la taille / les cheveux en bataille / en couronne sur son crâne chauve /

A propos de Vincent Tholomé

auteur performeur . ayant réussi à se lever aujourd'hui . à revêtir un t-shirt kaki et un pantalon brun . à descendre l'escalier . à faire chauffer de l'eau . à prendre un café noir . à patienter un peu avant de se mettre au travail . parce que des fois ça travaille un auteur performeur . ça écrit des livres . ça performe sur scène ou dans les rues . des fois seul . des fois en duos . des fois chez soi . des fois à l'étranger . sinon : ça boit . ça respire . ça dort beaucoup . ça procrastine . ça pense vivre jusqu'à cent ans . ça s'inquiète des haricots qui ne poussent pas . ça a même depuis peu une chaîne vidéo sur youtube . ça y laisse des traces . des brouillons de choses . comme des notes de travail . bref : c'est comme tout le monde quoi . sinon, pour les curieux et curieuses, on peut voir et entendre sur le web des choses comme celles-ci : - https://www.dailymotion.com/video/xb9cwe - https://www.youtube.com/watch?v=P3wrDLbxvgw - https://www.cequisecret.net/node/356 voilà voilou . c'est tout pour aujourd'hui .

14 commentaires à propos de “propos sur la gueule et sur la gomina”

  1. Rho ben ça c’est un bon texte de Vincent Tholomé ! C’est une très très bonne idée. Moi aussi je vais laisser surgir ma gueule le matin. Et éviter la gomina. La gominagueule.
    Et merci parce que, comme on dit ici, ton texte m’a régalé ! Au réveil de la microsieste, à l’heure de me remettre au travail, je suis régalée de gueule et de gomina !

  2. hé ! salut Juliette ! merci pour ton gentil commentaire ! pour tout dire : l’idée que gueule c’est pas visage, je l’ai, mm, empruntée, digérée, aimée, à « amoureusement la gueule » un super livre de Véronique Daine, paru, là, en octobre ! la gomina, elle, elle est venue toute seule de je ne sais pas bien où !

  3. /moi aussi j’ai bien régalé/me suis même souvenue des douches et des carrés de carrelage en RDA/c’est loin/ mais déjà à l’époque ces douches paraissaient loin/ tout d’ailleurs/ le neuf nous lançait des regards fatigués.
    merci/merci

    • merci pour votre commentaire, Jeanne ! et pour ce « le neuf nous lançait des regards fatigués » : ça me rappelle un hôtel en Hongrie, dans une ancienne caserne de l’armée : les salles de bains étaient neuves mais curieusement usées, déjà : carrelages et système de douche complètement déglingués alors qu’à peine posés ! cela m’avait semblé très étrange, à l’époque !

      belle soirée à vous !

  4. Méga top ce texte.
    Les répétitions comme force.
    Et ce passage que j’aime beaucoup : ‘comme si aujourd’hui / la réussite d’aujourd’hui / dépendait d’un épi de cheveux combattu à la gomina / comme s’il ne nous serait pas possible / aujourd’hui / de circuler dans le monde sans avoir vaincu’.

  5. Qu’il est bon de retrouver la rythmique Tholomé et ce bon vieux Konstantin ! c’est très soviétique l’ambiance, et la dualité gueule /visage super intéressante bien que si je puis me permettre, c’est peut-être une question d’univers, j’ai du mal à imaginer un visage capable de cacher une gueule. Peut-être parce que dans mon esprit c’est dur d’être un visage dans le paradis soviétique. en même temps la gueule-révolte (si j’ai bien compris) doit bien sûr être étouffée, mais je la verrai plutôt planquée sous une autre gueule, une gueule de rien dire, une gueule inerte. Cela sans doute parce que j’entends visage comme un mot très ouvert. et que mes souvenirs de RDA, Pologne, me feraient dire : pays de gueules… Non mais de quoi je me mêle ? et si ça se trouve j’ai compris que pouic à ce texte magnifique comme d’hab’ !

    • waw waw waw ! quel super commentaire, Catherine : ça me donne plein de choses à moudre, plein d’idées et de pistes à explorer, la gueule inerte, notamment ! et puis : oui oui : c’est la gueule-révolte qui est là, en filigrane bien sûr, hyper discrète : comment pourrait-elle être présente, d’ailleurs, dans un pays éteignoir, que sous une forme discrète ? bref : grand grand merci pour ces mots ! la biz la biz !

      • Ah ben merci, Vincent, de cet ouverture d’esprit qui accueille ma remarque que je craignais mal venue. Plus les textes sont réussis, plus les questions qu’ils nous posent nous arrivent dans la clarté, je trouve. Donc un hommage vibre dessous la question, que ce soit dit…

  6. a bin, des remarques comme celles-là sont plus que bienvenues : elles permettent d’appréhender les choses autrement tout en respectant les pistes suivies… c’est tout bon, donc, je trouve ! encore merci, oui !

  7. J’aimerais l’entendre ce texte, par vous, quelque part sur le web ! Gueule versus visage… ou contenu dans le visage… du coup je me pose plein de questions !

    • oh : verriez-vous un inconvénient à livrer ici (ou ailleurs, en message privé sur fb, par exemple) quelques-unes de vos questions ? ça m’aiderait grandement à voir clair dans cette affaire de Peterzhak et Flyorov, je crois !

      quant à donner à entendre le texte qq part sur le web : vais y réfléchir, vais y réfléchir ! merci, déjà, pour la suggestion !

      belle journée à vous !

    • oui : c’est exactement ça : mise en ordre pour les regards ! comme si le visage était un masque en somme pour cacher qui nous sommes (ou quelque chose du genre) ! merci de votre commentaire ! à vous lire encore, dans la proposition 2 !