ÉTÉ 2019 #10 | je il elle corps

• pour compléter la vidéo : j’insiste bien, sélectionner dans vos textes de l’atelier un fragment, un simple paragraphe, tout un texte, dans lequel vous avez utilisé – fréquemment ou pas – une énonciation à la première personne («je»), et c’est ce paragraphe qu’on va distendre selon le travail effectué par Dupin lui-même, je, il, et l’écriture ou le livre ou tout simplement le réel évoqué cette fois sans énonciateur propre…

• ça a l’air compliqué, mais ça ne l’est pas : aucun a priori contre les énoncés à la première personne, juste éduquer notre vigilance, ou scénariser leur présence, apprendre la liberté de l’énonciation neutre, ou autonome – d’autre part, dans cette distension du il et du je, parlant du même locuteur/scripteur, une mise en abîme du geste d’écrire qui peut se révéler une dimension neuve ou inattendue du texte

• ici l’ensemble de vos contributions (et bien penser à «taguer» la vôtre

• l’ensemble des propositions via le sommaire général

A propos de François Bon

Site géré par Tiers Livre Éditeur, fondé par François Bon, ISSN 2266-3010. Tous les textes restent la propriété de leurs auteurs, qui peuvent les supprimer ou modifier sans préalable. L'administrateur du site se réservant le droit de passer en mode privé toute contribution ne respectant pas les règles de bienveillance élémentaires dans une telle plateforme collective.

2 commentaires à propos de “ÉTÉ 2019 #10 | je il elle corps”

  1. J’ai des textes en « je ». Mais il ne me semble pas qu’il faille seulement transposer en « il ». Quelque chose de fondamental m’échappe dans le protocole de la proposition. Je ne vois pas encore comment commencer… Encore un effort de réflexion pour comprendre le but du je(u) !

Laisser un commentaire