Une maison grise

Un soleil qui se déverse généreusement dans cette journée lumineuse et chaude, de ces journées qui s’étirent à l’infini. Au plafond, très haut, un ciel peint, des nuages blancs stylisés, des fresques de ciels entourées de moulures, des angelots peut-être. Un ciel aussi bleu que celui du dehors, seul point de couleur dans cette pièce grise. Deux fenêtres donnent sur la rue, comme deux yeux diaphanes qui observent une très vieille dame grise au visage de pomme ratatinée assise dans un fauteuil. Nous venons de grimper la dizaine de marches en marbre blanc zébré de gris qui mène de la porte d’entrée à une porte vitrée donnant à gauche sur une cage d’escalier et à droite sur un long couloir menant à la cuisine. A droite de la porte vitrée, le salon où je regarde cette vieille dame à qui ma mère parle. Tout autour de moi des meubles qui s’évaporent dans la grisaille pareille à celle des vieilles photos noir et blanc un peu délavées. Sur ces meubles probablement des vases, des bonbonnières, de la vaisselle, des bibelots poussiéreux. Sur un guéridon pourquoi pas une bouteille d’Elixir d’Anvers, liqueur que cette vieille dame aimait tout particulièrement et qui est sans nul doute le secret de sa longévité. Soudain, une odeur de brûlé, ma mère se précipite dans le couloir, un couloir qui me paraît kilométrique. Elle disparaît dans une pièce dont s’échappe un peu de fumée, sans doute la cuisine. Elle fait couler de l’eau, des endives brûlent au fond d’une casserole. Ce couloir ne peut conduire qu’à une cuisine, d’autres pièces, plus loin encore, ouvrent sur des infinis. A droite de la porte d’entrée, un logement en sous-sol dont la fenêtre principale est au ras du trottoir, une cuisine, une pièce de séjour, on appelait ça une cuisine-cave. Mes parents ont habité là avec mon frère et ils ont dormi dans des chambres situées tout en haut de l’escalier.

A propos de Catherine K.

Assistante de projets dans une administration, mais qu’importe… citadine depuis toujours mais avide de nature et de grands espaces que je partage par la photo ou l’aquarelle (mon site mis à jour, bientôt en lien avant un site flambant neuf), des intérêts qu’avant j’aurais qualifiés d’éclectiques mais que je définis aujourd’hui comme multiples et complémentaires, passionnée de lecture, je ne peux passer un jour sans lire, de l’écriture déjà, mais peu, une motivation nouvelle, un projet sur Lovecraft en chantier et maintenant cet atelier qui est une première. Je sens que ça va déménager à tous les points de vue...

2 commentaires à propos de “Une maison grise”