vers un écrire/film #02 | sur fond blanc

44.11 | un homme en blanc chasse la neige déposée sur son vêtement | visage tourmenté | trois personnages entrent par la gauche dont une femme qui retient ferme son foulard sous le menton | regard posé sur l’homme très intense avant de se détourner (couleur claire des yeux sans doute) | ils marchent | sortent du champ | caméra immobile, même cadrage | d’autres personnages arrivent, vêtus de manteaux épais et de toques en fourrure | idée de foule, toujours en plan américain fixe | fond un peu phosphorescent de la neige | plus rien, comme un fondu au blanc très bref | et soudain plan à distance qui surprend, on voit toute la scène, personnages de loin dont certains occupés à leur vie, d’autres marchant en procession | on dirait un Pieter Brueghel | un Brueghel en noir et blanc | barrières morcelant le champ de neige en petites aires de surfaces différentes et bras sombres des arbustes épineux |au cœur de la procession un homme porte une croix en bois et un autre l’aide un peu en arrière | des enfants aussi | tous semblent marcher vers un point précis | un bœuf conduit par une femme remonte la file à contre-courant, l’homme en blanc toujours en tête | deux cavaliers les dépassent au galop | contraste de vitesse entraînant au plan suivant et changement brutal de lieu | en arrière-plan les murs d’une forteresse en pierre blanche, il y a une grande porte pour entrer dans la ville, des gens s’agitent et s’éparpillent comme des oiseaux quand au tout premier plan paraît la croix encordée qui tout à l’heure était portée par deux hommes | cette fois  lâchée sur une pente enneigée puis tirée vers le haut | 44.55 | il ne s’est écoulé que 44 secondes et tant de poids déjà donné à ressentir | la croix tirée par les cordes glisse sur le versant, on pourrait entendre le crissement du bois contre la neige | l’homme en blanc paraît au premier plan grimpant lui aussi en même temps que la croix comme un animal avec les mains et les genoux | il se retourne vers la caméra, cheveux dans les yeux | en fait il se retourne vers eux qui le suivent | l’image suivante les montre tous de face côte à côte, la femme aux yeux clairs et en foulard soutenue par l’un d’eux en vêtement de peau | l’image est large, magnifique | composition parfaite et mouvante, contraste des noirs et des blancs, nuances des gris, fond de neige | 45.09 | en sous-titre on peut lire « parce qu’ils l’aimaient comme un homme »

A propos de Françoise Renaud

Parcours entre géologie et littérature, entre Bretagne et Languedoc. Certains mots lui font dresser les oreilles : peau, rébellion, atlantique (parce qu’il faut bien choisir). Romans récits nouvelles poésie publiés depuis 1997. Vit en sud Cévennes. Et voilà.

9 commentaires à propos de “vers un écrire/film #02 | sur fond blanc”

Laisser un commentaire