#40jours #13 | peine perdue

Notes de rues en images. Sols. Murs. Boites. Carlingues. Chantier. Panneaux. Paris 15eme. Saint Leu la Forêt. Iles ( océan-mer).

Comme ouvrir la boite Caran d’Ache géante cadeau de tes sept ans. Un arc en ciel y est couché. Ouvrir. Effleurer. Refermer. La même que dans son bureau à lui. Dans la sienne les crayons sans ordre de taille ni de couleur; des jaunes et des roses intacts; des bleus, des rouges, des verts diminuées de moitié, taillés ou ébréchés, un noir rabougri ou la mine s‘entête, un blanc au bec cassé entre deux tailles. Terres et ocres tête bêche. Si tu humectes ton doigt et le passes sur la ligne la couleur s’atténue. Il te montre. Rouge rosi. Vert pâli. Noir gris. La couleur prend l’eau c’est elle encore, et puis ce n’est plus elle. Toutes les couleurs de la boite se dégradent; toutes s’enrichissent de nuances du foncé vers le clair : valeurs lumières.Tu passes l’estompe humide, doigt, pinceau, chiffon … elles se fondent au blanc du papier jusqu’à extinction; traces fantômes qui s’estompent encore en séchant…
(C’est pas Tapies c’est le mur, tu le vois parce que Tàpies. Plaque ocre grasse, humide, blanc truelle, biffures. C’est pas Eugène Leroy, c’est le mur tu le vois parce qu’Eugène Leroy. Couches sur couches boursouflures, croutes, gratte, crève, vert mouche bleu et rouille…)

 si covid 19 était une référence Pantone ça aiderait à faire chanter la couleur

A propos de Nathalie Holt

Rêve de peinture. Quarante ans de scénographie plus loin, écrit pour lire et ne photographie pas que son lit.

7 commentaires à propos de “#40jours #13 | peine perdue”

  1. Bonsoir Nathalie,
    deux textes en un, les crayons à quatre mains, tout en ombres portées, en pointes de discrétion, en petits gestes, et puis la parenthèse, qui pourrait ainsi ouvrir à la vue, au regard,
    de l’enfance à l’âge adulte, en quelques mots,
    je ne dis rien des photos, elles font un tel effet… Magique l’ensemble

  2. C’est superbe ! La mosaïque de photographies est formidable. Je vais m’y essayer pour ma ville à moi 😉 Et le texte tout en sensibilité, sensations, émotions premières. Merci Nathalie.

  3. Merci de vos retours Françoise, Catherine, Fil, Ugo, Emilie, Irène je crois que j’ai un peu triché avec la consigne . Je n’ai pas pu entrer vraiment dans la matière. Demeurent les images.

Laisser un commentaire