transversales #03 | monstres en contrepoint, notes

Dépli des histoires (effeuillage rapide) Synopsis. C’est l’histoire d’une métamorphose en monstre. C’est l’histoire d’une violence inouïe que jamais le monde n’a cessé de raconter. Ainsi j’ai lu, ainsi je raconte – un amour dément, un festin bestial, un carnage redoutable, une furie dévastatrice, un viol des lois du sang, une folle rancœur. La fureur renverse les lois humaines. Décor. Continuer la lecturetransversales #03 | monstres en contrepoint, notes

transversales #03 | dans le train

dans le train les petits enfants s’étaient réunis dans le couloir et semblaient jouer une pièce improvisée parfois entrecoupée de certains murmures agacés de passagers ou même de certaines grosses voix de silhouettes se profilant et qui devaient appartenir à leurs parents tant leur démarche déterminée et leur ton familier alertaient déjà de loin les enfants de façon entendue ou Continuer la lecturetransversales #03 | dans le train

transversales #03 | exquise vengeance

codicille : j’ai donc pris une de mes compressions et j’y ai fait pousser des branches dans tous les sens. ce faisant, je m’aperçois que j’ai développé une suite à la compression, ce qui anticipait sans le savoir sur la prochaine proposition. en tous cas, si quelqu’un lit jusqu’au bout, je serais curieuse de savoir si on comprend (la suite Continuer la lecturetransversales #03 | exquise vengeance

transversales #03 | la mésange noire

C’est l’histoire d’une serviette qui s’agite toute seule dans l’ancienne cuisine d’un château. Les soldats s’en vont lentement Dans la nuit trouble de la ville. Entends battre mon cœur d’amant. Ce cœur en vaut bien plus de milles Puisque je t’aime éperdument. Je t’aime éperdument, ma chère, J’ai perdu le sens de la vie Je ne connais plus la lumière, Continuer la lecturetransversales #03 | la mésange noire

transversales | pourquoi je ne fais rien (codicille pour un silence)

Un père emmène son fils sur une île déserte coupée de tout pour vivre une expérience survivaliste; le père est habité par son obsession, le fils le suit par devoir filial. ils font de gigantesques provisions de viande qui peu à peu pourrissent. Le fils se suicide. Je ne me souviens de rien d’autre. Bien sûr, il y a le Continuer la lecturetransversales | pourquoi je ne fais rien (codicille pour un silence)

transversale # 03 | son chapeau tout gelé était-il bien le chapeau de sa femme ?

Le chapeau à terre ne sait plus ce qu’il est, mais comment faire maintenant que je n’ai plus de tête où me poser , je suis fou ? je suis aveugle ? je n’existe plus ? Et mon étiquette ? Elle me dit made in China, vraiment ? Ça m’étonne. Impossible. Mais où est-elle ? Pourquoi me fuit – elle Continuer la lecturetransversale # 03 | son chapeau tout gelé était-il bien le chapeau de sa femme ?

transversale #03 | rêveries –

Les rêveries d’un promeneur solitaire que je n’ai pas lu depuis mon adolescence, images floues dans mon esprit mais ce titre, ce titre…. Ce sont donc, des rêveries Rêve t’-il parce qu’il est seul ? Rêve t’il parce qu’il se promène ? Rêve t-il qu’il est seul et qu’il se promène ? Rêve t’il debout ou endormi ? Qui fait Continuer la lecturetransversale #03 | rêveries –

transversales #03 | Chambre 384

Noisette ! Noisette ! C’est moi ! Et voilà, il était de retour, enfin à la maison. Personne. Sauf Noisette. Elle en faisait un boucan dès qu’il était entré, les dents sur les barreaux de la cage, à les ronger comme un marteau-piqueur attaquerait une dalle de béton. Eh t’en fais un boucan ! Qu’est-ce tu veux m’dire ? Tu veux sortir maintenant ? Mais moi Continuer la lecturetransversales #03 | Chambre 384

tranversales #3-une arrivée

Quelques notes de piano. C’est ce qu’elle entendait en se reveillant le matin dans le nouvel appartement. Cela s’était produit mercredi, mais aussi vendredi et aujourd’hui, elle avait droit à un véritable concert. Elle aimait bien l’idée de vivre au-dessus d’un artiste, mais elle ne savait pas si cela serait du goût de son mari. Depuis l’emménagement à Amsterdam et Continuer la lecturetranversales #3-une arrivée

transversales #03 | variations

“ Au bord du fleuve, les gens vont et viennent, Ne pensant qu’à déguster la perche délicieuse. Mais avez-vous remarqué cette pauvre voile Qui apparait et disparait dans les vagues et le vent ?” Un pêcheur dans le fleuve, Fan Zhongyan, 989-1052 Manuscrits trouvés dans la chambre d’hôtel – extraits # Petite variation 1 – Un narrateur qui en sait Continuer la lecturetransversales #03 | variations