je ne suis pas prête

On marche               c’est un dimanche               on est beaucoup               quinze ou vingt               on monte               la forêt               une sorte de procession               on a laissé les voitures en contrebas                le pont               la rivière               il y a les chiens                c’est bruyant               ils tirent               ils aboient               on ne veut pas être repérés               c’est illégal               on le sait               un rocher               un rocher dans la forêt               c’est ce qu’on cherche               certains marchent bien               ils ont des bâtons               des bottes ou des bottines                              certains ont des chaussures de ville               des baskets               tu avais dit que c’était pas loin               on s’embourbe               mais on continue               on marche               on monte               les chiens piétinent sur place               une femme boîte               ça glisse               elle dérape                les chiens sont lâchés                ils courent en tous sens               ils aboient               on prend un chemin sur la gauche               on monte               c’est encore loin demande un des garçons               le chemin est enfin plat               on domine la vallée               le groupe est bruyant               puis étrangement silencieux               plus que la rivière               en contrebas               qui murmure en continu               on marche               un petit pot de fleur               presque fanées déjà               dans une main               et dans l’autre               l’urne               elle est métallique               d’un métal bleu piqué               un endroit              repéré précédemment               un rocher               c’est là qu’on voudrait aller               on en voit un de rocher               mais non               non               il est trop petit               ce n’était pas celui-là               ce n’était pas ce rocher-là               on continue               on marche               on avait dit que c’était pas loin               qu’on pourrait s’y rendre facilement               mais oui mais oui               on arrive               mais le doute               je ne suis pas prête               rentrons              il dit               de toute façon tu ne seras jamais prête               on aurait pas dû attendre tout ce temps après la crémation               on aurait dû le faire tout de suite              maintenant tu t’es habituée               soudain le rocher               il est là               bleuté               dans le soleil d’automne               haut de deux ou trois mètres               massif               triangulaire               un lieu calme               mais pas trop calme non plus               aux abords du chemin               une belle vue               une végétation diversifiée                facile d’accès               et avec du passage               tu le sais bien elle détestait la solitude               les enfants courent               montent sur le rocher               ils l’assaillent               mais le doute               elle sera bien là               hein              et puis encore               je ne suis pas prête               si on avait pu faire ça plus tard               j’ai mal dormi en plus               des mélèzes jaunis par l’automne               de jeunes bouleaux               un sol mousseux               de la bruyère               des myrtilliers               on plante la fleur              elle survivra à l’hiver tu crois                et sous la mousse               qu’on arrache délicatement comme un couverture qu’on soulève par-dessus un enfant               on creuse               un petit trou de la taille d’un poing                ou de deux              dans la tourbière               pour accueillir les cendres                ouvrir l’urne               merde               je n’y arrive pas                prends le tournevis               c’est le bon endroit tu crois               oui               oui regarde               les myrtilliers               tu te souviens quand on y allait               aux myrtilles               à la fin de l’été               on avait de grands seaux               et elle               elle avait gardé sa bague mauve               alors oh la belle grosse               mais c’était sa bague               c’était toujours sa bague               oui tu as raison               elle sera bien ici               protégée par le rocher               entourée par la végétation               les genêts               à proximité du chemin               elle verra du monde               mais quand même               je ne suis pas prête               pas prête pas prête               les cendres               on les verse dans le trou               chacun son tour               pas tout               s’il vous plaît ne versez pas tout             je veux en ramener chez moi               en avoir un peu chez moi               ça ne vous dérange pas               si j’en prends               ça va séparer le corps en deux               ce n’est que le corps                elle n’a plus besoin de son corps maintenant                on replace délicatement le manteau de mousse                et c’est déjà fini               on se regarde               temps suspendu               on fait quoi maintenant             on se rassemble                on se met en cercle                attention la fleur               pas piétiner la fleur               se donner la main comme ça               dans le silence               on est ensemble               c’est bien d’être tous là               autour de la mousse et de la fleur                c’est beau ici               quel bel endroit               et ce soleil d’automne               quand la concession de mes parents va arriver à expiration j’amènerai mes parents ici                ils seront ensemble             toute la nuit j’avais comme un poids sur le coeur               je me disais non je ne peux pas              mais ici finalement c’est bien               c’est bien ici               et on repart               qui veut retourner directement aux voitures                qui veut rentrer à pieds               et tout le monde rentre à pieds               y compris les chiens              ils aboient               tant pis pour les voitures              on viendra les chercher plus tard              on descend à travers la forêt               on entend la rivière qui s’éloigne              on se perd un peu               dis donc               c’est long quand même par les bois

A propos de Sybille Cornet

Autrice, metteuse en scène et actrice. J'écris et mets en scène mes spectacles, le plus souvent des spectacles pour enfants. Ma dernière production "Faire l'école aux grands singes" est une interrogation sur l'ennui du corps en classe.

2 commentaires à propos de “je ne suis pas prête”

Laisser un commentaire