#P5 non pas au fusil

fatigue impuissante, yeux ouverts même fermés, cinémascope sans image, toile noire et brouillée, rien ne se crée : je pourrais dire paroi, je pourrais dire cerveau, morsure de douleur, à la tenaille, et si je sombre sans réveil, tant pis pour les matins 

membres raidis, fourmillements, qu’on me tire, non pas au fusil : aux extrémités, les mains les pieds pour que je m’étende, de tout mon long éreintée, faire que je dorme ; la chose émerge et je me tiens la tête, la main sur la bouche et je raccroche le jour, c’est noir dans le couloir, ne plus survivre, mourir dans les deux heures, fondre dans quel sommeil ; les veines cognent, affluence de sang, tremblements ; tombe en eau sombre, liquide linceul, bien là qu’on est le mieux, corps sans effort, relié au centre de la terre, ne rien faire, jusqu’à la fin des insomnies ; allez dodo ma vieille, sur le ventre, bras et jambes alignés tout le long, on verra bien demain, allez dodo ma vieille, ne plus que sombrer, exténuation, fil à retordre dans les plis du cerveau, ou le coeur encore, les poumons : qui dirige, donne le la ; corps et face contre drap, ou tête tournée, la chose lâche ; se soumettre, se soustraire, au-delà du sommeil, infinie profondeur ; respiration avant arrière et ralentie, et d’un coup cesse ; que le corps se repose, que la pensée assaillie soit pansée sous le drap étalé, dans le corps nu allongé et les membres rompus 

A propos de Claire Le Goff

Pratique théâtrale, mise en scène et écriture à Bastia, Compagnie Ghjuvanetta. Enseignement du français langue étrangère. Quelques publications : Mademoiselle Grelon (La Scène aux ados, Promotion théâtre, éditions Lansman, 2015), Des Miettes (recueil de nouvelles La Peau des autres, éditions La Passe du vent, 2015), Café de la Porte Dorée (recueil de nouvelles, concours Musanostra 2018), Contre le mur de pierre, Et sa désolation (recueil à venir, Musanostra 2020). Blog d'écriture en cours, Confiture d'épinards. Heureuse d'être parmi vous !

Laisser un commentaire