#photofictions #04 | Diane

chaleur écrue de juillet, quand pas un nuage à ras de ciel qui tombe en torpeur sur les épaules de Diane au cou ployé, penchée sur le viseur du Mamiya – à l’ombre de son front les sourcils bruns allongés en deux ailes fines et déterminées envol sur le regard châtain qui fouille et fouine le cadre du viseur du Mamiya – trop de contre-jour la lumière aveugle la lumière tue l’image assèche la rue et Diane pleure de lumière et elle n’aperçoit pas l’enfant de l’autre côté de la rue tentant du haut de ses huit ans de la prendre en photo avec le Polaroid pris dans l’armoire de ses parents c’est si facile on déclenche la photo arrive de suite éjectée de la boîte noire langue mince d’une fraction du réel de cette portion de la rue où cette femme penchée courbée sur son appareil lourd et obscur chasse les ombres rares des passants en face du drugstore, elle est fatiguée pense l’enfant, elle est trop courbée mon Dieu on dirait qu’elle va tomber !

A propos de Isabelle Dartiguelongue

Prof de français, je parle chinois aussi, et j'aime quand les deux langues se catapultent. Prof de FLE aussi. J'aime les mots, et courir, et danser - et ici, à Tiers Livre, c'est la valse des mots, les miens, les vôtres. Me sens chez moi, même si très souvent en voyage.

7 commentaires à propos de “#photofictions #04 | Diane”

Laisser un commentaire