» «

Prière d’insérer entre ( ( ( ( ( et ) ) ) ) )

« Un cri dans la nuit m’éveilla. Dans le lotissement, les jardins, dans la rue. Un cri à la fenêtre ouverte ou dans un rêve, bref. Puis plus rien, j’étais réveillé. Féminin.

Je me levai. Le lit était vide. Sa place, je veux dire, était libre, je veux dire froide. Trempée. Et, comme mon bras tendu en manière de sonde me le faisait toucher, comme lissée, le drap, assez incroyablement si j’y repense, retendu sous notre couette. Je fus intriguée, ou surprise, ou inquiète, et donc levée. Tout en même temps levait en moi. L’avais-je entendu ? Je fis à tâtons le tour du lit, mon autre main à la soupente en parade, attention à la tête. J’allais ainsi nue mes deux mains prises dans le noir, sans l’aide de mon mobile qui pendait à charger à la prise près du seuil, attention à la marche. N’avais-je pas comme tout le monde et chacun sait les yeux fermés dans le noir — comment le savoir ? Sur le palier le témoin lumineux du détecteur de fumée me fit, au dessus des yeux et sans éclairer rien, l’effet d’un orage éloigné, à l’éclair unique, noyé dans l’horizon, et muet. Je descendais. Par degrés, doigts et museaux de souris de la pluie sur le velux s’effacèrent et firent chant : chant et haleine. Le volume gagnait. Au tournant de l’escalier je vis de toutes parts les volets, fenêtres et portes ouverts dans la nuit. »

Chris Burden, Deadman, 1972 (Photo Gary Beydler)

A propos de Christophe Testard

Gien (Loiret) ; Paris 8 (et VIII), 17, 19, 20e ; Verberie dans l'Oise

Laisser un commentaire