vers un écrire/film #2 | Travelling

Il court | il dévale en courant l’escalier qui descend vers la plage | bruit du ressac | il court sur le glaçage de l’estran mouillé | bruit rythmé de sa foulée | il court à enjambées régulières | il imprime ses pas dans le sable | il court | son petit blouson foncé remonte sur sa taille | dévoile la chemise glissée dans le pantalon | il court | il ne va pas quelque part | il s’échappe | il court pour échapper | déterminé | obstiné | la falaise herbeuse s’étend derrière lui | il court | le paysage s’ouvre sur l’étendue de l’estran | la mer promet l’infini | il court dans l’uniforme qui tiraille | le paysage l’enveloppe comme un châle | l’enfant court | il court et jette un regard périphérique | il court au milieu des flaques où se regarde le ciel | il court vers la mer | il court vers les longues vagues plates | bruit ample du ressac | il entre dans la mer avec ses chaussures | il regarde ses pieds remuer l’eau | il y patauge un peu | il écoute l’eau remuée | il se retourne | il s’éloigne de l’horizon refusé | il lui tourne le dos | l’horizon fait barrage | où aller plus loin ? | comment ? | il regarde dans la direction d’où il est venu | il regarde | sa bouille de gamin durcie | ses cheveux en brosse | son long regard énigmatique | son regard tellement sérieux | interrogatif | menacé…

A propos de Catherine Plée

Je sais pas qui suis-je ? Quelqu'un quelque part, je crois, qui veut écrire depuis bien longtemps, écrit régulièrement depuis dix ans, beaucoup plus sérieusement depuis trois ans avec la découverte de Tierslivre et est bien contente de retrouver la bande des dingues du clavier...

11 commentaires à propos de “vers un écrire/film #2 | Travelling”

  1. Point de rencontre entre deux espaces-temps, celui de l’enfant, de sa course d’enfant, et de l’océan, barrage mortifère, l’un vertical, tout en élan et l’autre horizontal, qui refoule, qui rejette, et l’écriture qui figure ce point de rencontre, l’enfant qui vient se cogner à cette barre de l’océan à cette barre de séparation des plans, qu’il cherche à ouvrir à sa mesure d’enfant, insatisfait de la limite, la refusant et cherchant à sauter par dessus, interrogeant l’espace pour y trouver un moyen d’échapper, un échappatoire… Je viens de lire votre texte à la lumière de la conférence de Deleuze à la fémis en 1987 (voir sur ubu) et forcément influencée par ce qu’il dit à propos des blocs-mouvements dont le cinéma se compose et aussi des espaces-temps propres à chaque film…

  2. La répétition du “il court” dit quelque chose de l’enveloppement du regard. Le personnage est enveloppé mais aussi notre propre regard est enveloppé dans le regard de celui qui filme. Vous me rendez cette impression première ressentie à la projection.

Laisser un commentaire