#40 jours #prologue | terra incognita

C’est une vieille carte jaunies, tachée et déchirée par endroits, aux chiffres de sondes et d’altitudes imprimés s’ajoutent des traits rectilignes tracés au crayon, des croix entourées d’un cercle maladroit, des lettres, elles aussi entourées qui renvoient à des explications plus détaillées et datées inscrites dans la marge …:… une carte de pilotage permettant de parer les cailloux les plus dangereux et d’accéder aux endroits les plus reculés de l’archipel sans risquer d’éventrer la coque de son bateau mais aussi une carte de randonnée avec les abris et cabanes ouvertes pour la nuit aux voyageurs de passage, ainsi que les sources et points d’eau 

C’est un volcan coiffé de glace, un cône classique qui ressemble par sa forme au mont Fuji, il est visible depuis Reykjavik par temps clair et dégagé, il trône tout au bout d’une péninsule à laquelle il a donné son nom, Snaefellsnes, parc national parmi les endroits les plus touristiques du pays, couvert de roches volcaniques, de moelleuses mousses, de végétation rase et décorée des arabesques claires des ruisseaux qui se faufilent de chutes d’eau en cascades …:… le début du voyage au centre de la terre de Jules Verne

C’est un bidon de lessive vide, il en a la forme et la couleur rose clair avec quelques lettres et chiffres illisibles écrits au marqueur noir et effacés depuis, un gros bidon de trois litres, format familial avec le bouchon qui se visse et sert de doseur, il ne se déplace quasiment pas, même sous les rafales de vent, retenu par sa poignée, nouée à un morceau de cordage bleu …:… un flotteur permettant de repérer et de remonter le casier à homard déposé hier soir sur le fond de la mer

C’est un plateau rocheux situé entre Bréhat et Guernesey, submergé à marée haute, largement émergé à marée basse et couvert d’écume blanche dès que la houle forcit, le phare construit sur ce plateau est en granit, haut de 60 mètres avec à sa base un logement de cinq étages, de nuit, il envoie un éclat blanc toutes les 7 secondes jusqu’à 27 miles nautiques …:… Victor Hugo situe aux Roches Douvres le combat de Gilliatt contre la pieuvre et la tempête dans « les travailleurs de la mer »

C’est un bateau de pêche de taille moyenne, coque bleue à bande blanche, blanche aussi la petite cabine qui abrite la timonerie, une bâche bleue tendue sur des armatures métalliques abrite le travail du poisson à l’arrière …:… hier le bateau est sorti avec deux marins à bord et est revenu avec un seul

C’est un voilier déjà ancien d’une trentaine de pieds, coque en polyester ternie mais bien entretenue, régulièrement repeinte, grand-voile pliée sur la baume et enveloppée dans une housse bleue, pas d’enrouleur à l’avant, un kayak de mer attaché solidement sur le pont et à l’arrière, une structure métallique pour fixer des panneaux solaires et d’autres objets à l’aide de longues sangles …:… bateau d’une association de protection des oiseaux, à l’intérieur, des appareils d’enregistrement des sons, des paraboles pour isoler les différents chants et de grosses batteries pour alimenter le matériel d’enregistrement des chants et des données récoltées dans les îles abritant des colonies d’oiseaux marins

C’est une forêt de montagne avec une sorte de clairière, un lieu ombragé mais les troncs sont ici plus écartés les uns des autres, l’espace est presque plat, les arbres sont jeunes au milieu, plus âgés sur les côtés, quelques restes de murets en pierres racontent une ancienne présence humaine, les arbres sont tous des feuillus, châtaigniers, hêtres, et chênes principalement, le sol est recouvert de leurs feuilles juste tombées et luisantes de l’averse qui vient de cesser …:… sous les feuilles, les champignons grandissent tranquillement, trompettes de la mort, girolles et parfois quelques cèpes

C’est un ancien mazot, petit chalet annexe, sous-bassement en pierres à demi enterré dans la pente, un étage en grosses planches, sorte de balcon auquel on accède par trois marches sur le côté et qui abrite les deux portes qui donnent sur les deux pièces, la première avec la porte épaisse taillée en cône pour qu’elle s’ajuste parfaitement et empêche les rongeurs de rentrer, l’autre, en planches plus fines est plus haute, proche des portes dont on a l’habitude, au-dessus un espace vide et les poutres qui supportent les tôles du toit …:… les deux pièces ont été réunies pour faire le bureau d’un journaliste et dessinateur de presse, les murs sont couverts d’étagères supportant des livres, revues et boîtes à archives identifiées par des dates et des noms de journaux, remplies de dessins, des affiches roulées dans un coin et au milieu de la pièce, un tapis, une table et une chaise avec son coussin attaché au dossier

C’est un chemin creusé dans la roche, une cavité à trois faces, un tunnel ouvert d’un côté, tout en longueur sur plusieurs centaines de mètres, un encorbellement, sur le côté ouvert, un parapet dissuade de s’approcher trop du vide pour voir l’eau du torrent blanchie par son écume hurler en sautant de pierres en pierres tout au fond de l’étroite gorge …:… le chemin du curé a été taillé pour permettre de faire communiquer plus rapidement le vallon de la Sauce à ce qu’on appelle aujourd’hui le hameau de la Gittaz, trois hommes sont morts lors de la construction, le chemin doit son nom aux attributions de son commanditaire, un chanoine

A propos de Juliette Derimay

Juliette Derimay, lit avidement et écrit timidement, tout au bout d’un petit chemin dans la montagne en Savoie. Travaille dans un labo photo de tirages d’art. Construit doucement des liens entre les images des autres et ses propres textes. Entre autres. À retrouver chez https://www.les-enlivreurs.fr

2 commentaires à propos de “#40 jours #prologue | terra incognita”

Laisser un commentaire